Dans l’ombre des géants (3/4) : Djorkaeff et Zidane

Publié le 2 juin 2020, mis à jour le 23 août 2020 - Bruno Colombari

Il fallait du cran à Aimé Jacquet, en 1995, pour tout miser sur le duo montant Djorkaeff-Zidane, quitte à écarter pour cela Ginola, Papin et Cantona. Dans une équipe plutôt défensive, ces deux-là vont apporter leur technique et leurs qualités de finisseurs.

Après les duos Piantoni-Kopa dans les années 50 et Giresse-Platini au début de la décennie 80, voici la troisième paire majeure du football français, la première qui a permis la conquête d’un titre mondial.

Youri Djorkaeff a quatre ans de plus que Zinédine Zidane (il est né en mars 1968, son cadet en juin 1972) mais sa carrière a mis du temps à démarrer. Pro à 19 ans à Grenoble, il part à Strasbourg en 1989, évolue une année supplémentaire en D2 et signe à Monaco à l’automne 1990. Il a déjà 22 ans. Et il est dans sa 26ème année quand il débute en sélection, contre Israël en octobre 1993. Il change définitivement de statut à Paris, où il remporte la Coupe des Coupes en 1996, juste avant de partir à Milan où il rejoint Ronaldo à l’Inter. C’est le plus gros transfert de sa carrière, qui se poursuivra par la suite à Leverkusen (1999), Bolton (2002), Blackburn Rovers (2004) et pour finir New York (2005).

Pas beaucoup de points en commun avec la trajectoire beaucoup plus linéaire de Zinédine Zidane : débuts en pro à Cannes en 1989, transfert à Bordeaux en 1992 où il devient international et change de statut, puis départ à l’étranger à la Juventus de Turin où il joue cinq ans (comme Platini) entre 1996 et 2001 avant son dernier départ, pour le Real Madrid où il achève sa carrière en 2006 après avoir remporté la Ligue des Champions (2002). Zidane et Djorkaeff raccrochent tous deux la même année, en 2006, mais si le premier a 34 ans et termine sur une finale mondiale, le second en a 38 et a quitté le haut niveau depuis quatre ans.

Les deux se croisent d’abord en championnat de France, notamment lors des Bordeaux-Monaco et des Bordeaux-PSG entre 1992 et 1996, puis en série A à l’occasion des Inter-Juve entre 1996 et 1999, ce que l’on appelle le Derby d’Italia. Mais la période est plus propice à la Juve (championne d’Italie en 1997 et 1998, deux finales de Ligue des Champions) qu’à l’Inter (vainqueur de la Ligue Europa en 1998, deuxième de Série A la même année).

Embed from Getty Images
A l’Euro 1996 contre les Pays-Bas à Liverpool. Une complicité déjà trouvée, mais une première phase finale stérile.


49 fois ensemble en sélection

S’ils évoluent à des postes difficiles à définir précisément (Zidane comme meneur de jeu excentré à gauche, Djorkaeff en position de neuf et demi, entre le milieu et l’attaque, côté droit), ils ont joué près d’une cinquantaine de matchs ensemble en sélection, ce qui en fait un des duos les plus capés de l’histoire des Bleus dans le secteur offensif en tout cas.

Mais le plus remarquable est que sur ces 49 matchs, ils n’en ont perdu que trois, pour 34 victoires et 12 nuls. Et si on examine en détail ces trois défaites, on constate que la première est un amical contre le Danemark (en novembre 1996), tout comme la deuxième huit mois plus tard lors du tournoi de France en juin 1997 contre l’Angleterre (où Zidane ne joue que le dernier quart d’heure). En fait, seule la troisième aura été importante : c’était contre le Danemark (encore !) le 11 juin 2002, lors du troisième match de la Coupe du monde. Zidane était titulaire (et gêné par une déchirure à la cuisse) mais Djorkaeff n’est entré qu’à la 83e pour sa 82e et dernière sélection, alors que la défaite était déjà consommée (0-2).

Embed from Getty Images
Contre l’Italie en juillet 1998 : retour au 4-3-2-1 avec Zidane et Djorkaeff dépositaires du jeu.


Tableau des 49 matchs communs entre 1995 et 2002

# Genre Date Ville Adversaire score Djorkaeff Zidane
622 CM T1 11/06/2002 Incheon* Danemark 0-2
619 Amical 26/05/2002 Suwon Corée du Sud 3-2 1 passe
617 Amical 17/04/2002 Saint-Denis Russie 0-0
598 Amical 02/09/2000 Saint-Denis Angleterre 1-1 1 passe
597 Amical 16/08/2000 Marseille Sélection FIFA 5-1 1 passe
596 Euro fin 02/07/2000 Rotterdam* Italie 2-1

prol

594 Euro 1/4 25/06/2000 Bruges* Espagne 2-1 1 but 1 but
592 Euro T1 16/06/2000 Bruges* Rep. Tchèque 2-1 1 but
591 Euro T1 11/06/2000 Bruges* Danemark 3-0 1 passe
589 Amical 04/06/2000 Casablanca* Japon 2-2 1 but 1 but
585 Amical 23/02/2000 Saint-Denis Pologne 1-0 1 but
583 qEuro 09/10/1999 Saint-Denis Islande 3-2 1 but
582 qEuro 08/09/1999 Erevan Arménie 3-2 1 but

2 passes

1 but
581 qEuro 04/09/1999 Kiev Ukraine 0-0
575 Amical 10/02/1999 Londres Angleterre 2-0 1 passe
574 Amical 20/01/1999 Marseille Maroc 1-0 1 but
573 qEuro 14/10/1998 Saint-Denis Andorre 2-0 1 but
572 qEuro 10/10/1998 Moscou Russie 3-2 1 passe
571 qEuro 05/09/1998 Reykjavik Islande 1-1 1 passe
569 CM fin 12/07/1998 Saint-Denis Brésil 3-0 1 passe 2 buts
568 CM 1/2 08/07/1998 Saint-Denis Croatie 2-1 1 passe
567 CM 1/4 03/07/1998 Saint-Denis Italie 0-0

4-3 tab

564 CM T1 18/06/1998 Saint-Denis Arabie Saoudite 4-0 1 passe
563 CM T1 12/06/1998 Marseille Afrique du sud 3-0 1 passe
562 Amical 05/06/1998 Helsinki Finlande 1-0
560 Amical 27/05/1998 Casablanca* Belgique 1-0 1 but
557 Amical 25/02/1998 Marseille Norvège 3-3 1 passe 1 but
556 Amical 28/01/1998 Saint-Denis Espagne 1-0 1 but
555 Amical 12/11/1997 Saint-Etienne Ecosse 2-1 1 but
554 Amical 11/10/1997 Lens Afrique du sud 2-1 1 passe
553 Amical 11/06/1997 Paris (Parc) Italie 2-2 1 but 1 but
552 Amical 07/06/1997 Montpellier Angleterre 0-1
550 Amical 02/04/1997 Paris (Parc) Suède 1-0 1 but
548 Amical 22/01/1997 Braga Portugal 2-0
547 Amical 09/11/1996 Copenhague Danemark 0-1
546 Amical 09/10/1996 Paris (Parc) Turquie 4-0 1 but

1 passe

2 passes
545 Amical 31/08/1996 Paris (Parc) Mexique 2-0 1 but
544 Euro 1/2 26/06/1996 Manchester* Rep. Tchèque 0-0

4-5 tab

543 Euro 1/4 22/06/1996 Liverpool* Pays-Bas 0-0

5-4 tab

542 Euro T1 18/06/1996 Newcastle* Bulgarie 3-1 1 passe
541 Euro T1 15/06/1996 Leeds* Espagne 1-1 1 but
540 Euro T1 10/06/1996 Newcastle* Roumanie 1-0 1 passe
539 Amical 05/06/1996 Villeneuve d’Ascq Arménie 2-0 1 passe
538 Amical 01/06/1996 Stuttgart Allemagne 1-0 1 passe
534 Amical 24/01/1996 Paris (Parc) Portugal 3-2 2 buts 2 passes
533 qEuro 15/11/1995 Caen Israël 2-0 1 but 1 passe
532 qEuro 11/10/1995 Bucarest Roumanie 3-1 1 but 1 but

1 passe

531 qEuro 06/09/1995 Auxerre Azerbaïdjan 10-0 2 buts

3 passes

1 but

1 passe

530 qEuro 16/08/1995 Paris (Parc) Pologne 1-1 1 but

L’efficacité du duo est incontestable : 19 buts et 14 passes décisives pour Djorkaeff, 13 buts et 16 passes décisives pour Zidane, soit un cumul de 32 buts et 30 passes, en 49 matchs ! Mais ils ne jouaient pas forcément l’un pour l’autre : Djorkaeff a été passeur décisif trois fois pour Zidane (contre la Norvège et le Brésil en 1998, face à l’Arménie en 1999) et Zinédine deux fois pour Youri (face au Portugal et la Turquie en 1996). Ensemble, ils se sont particulièrement amusés contre l’Azerbaïdjan (2 buts et 3 passes pour Djorkaeff, 1 but et 1 passe pour Zidane, soit impliqués dans 7 buts sur 10), face au Portugal en 1996 (2 buts pour l’un, 2 passes pour l’autre), contre la Turquie en 1996 (1 but et 1 passe pour Djorkaeff, 2 passes pour Zidane) ou contre l’Arménie en 1999 (1 but pour Zidane, 2 passes et 1 but pour Djorkaeff).


 

En phase finale, une association à géométrie variable

Autant dire qu’associer ces deux-là a été sans doute la meilleure idée d’Aimé Jacquet, quitte à écarter Eric Cantona, Jean-Pierre Papin et David Ginola pour leur faire de la place. Et même si c’était aux dépens d’un joueur offensif de plus : le sélectionneur champion du monde 1998 préférait placer trois milieux récupérateurs ou relayeurs derrière le duo, et un seul attaquant de pointe devant, dans un 4-3-2-1 où Zidane et Djorkaeff avaient les clés du jeu. Testée à l’Euro 1996 (avec Deschamps, Karembeu et Guérin derrière, Loko ou Dugarry devant), la formule est reconduite à partir des quarts de finale de la Coupe du monde contre l’Italie, avec Petit à la place de Guérin et Guivarc’h en pointe.

Au premier tour, Djorkaeff avait joué deux des trois matchs, associé à Zidane et Henry derrière Guivarc’h (puis Dugarry) contre l’Afrique du Sud, puis en meneur de jeu aux côtés de Pirès et Diomède derrière Trezeguet face au Danemark (les deux fois en 4-2-3-1), mais sans Zidane (suspendu). Contre le Paraguay, il avait occupé le même poste avec Henry à la place de Pirès.

Embed from Getty Images
En finale face au Brésil, un duo sur le toit du monde avec une passe décisive de Djorkaeff et un doublé de Zidane.


Avec Roger Lemerre, la formule évolue : à l’Euro 2000, il alterne trois formules. Celle en 4-4-2 avec deux milieux défensifs (Deschamps et Petit) associés au duo Zidane-Djorkaeff, lesquels ont deux attaquants de pointe devant eux (Anelka-Henry), testée contre le Danemark lors du premier match. Mais Vieira remplace Djorkaeff avant l’heure de jeu pour passer en 4-3-1-2. C’est celle-là qui débute contre la République tchèque avec trois milieux défensifs (Deschamps, Petit, Vieira), Zidane en meneur et deux pointes (Anelka, Henry). Mais Djorkaeff remplace Petit à la mi-temps pour reconstituer le 4-4-2 du Danemark.

En quart de finale contre l’Espagne, Lemerre opte pour un 4-2-3-1 avec Deschamps et Vieira à la récupération, Zidane dans l’axe entouré de Djorkaeff à droite et Dugarry à gauche et Henry en pointe. Il reprendra ce schéma lors de la finale contre l’Italie. Face au Portugal, il reviendra au 4-3-1-2 sans Djorkaeff et avec le duo Henry-Anelka devant.

Embed from Getty Images
En finale de l’Euro 2000, un schéma en 4-2-3-1 où Djorkaeff évolue à droite de Zidane et Dugarry à gauche, avec Henry en pointe.


L’entre deux phases finales 2000-2002 est fatal pour le duo Zidane-Djorkaeff. Dans cette période, ils ne sont plus associés une seule fois entre septembre 2000 et avril 2002, preuve que Roger Lemerre ne compte plus sur le joueur de Leverkusen comme titulaire.

En 2002, l’efficacité du trio Henry-Trezeguet-Wiltord semble le reléguer sur le banc, d’autant que Robert Pirès est dans une forme étincelante, alors que Zidane vient de remporter la Ligue des Champions avec le Real. Mais Pirès se blesse gravement au genou avec Arsenal en mars, et Zidane se claque à la cuisse lors d’un amical aberrant contre la Corée du Sud. Lemerre choisit alors de titulariser Djorkaeff plutôt que Micoud, mais c’est un échec. Privé de Zizou, Youri traverse sa dernière phase finale comme un fantôme, errant pendant une heure contre le Sénégal avant de finir tristement, pour sept minutes, face au Danemark.

Dernier livre paru

Sites partenaires


Une autre manière de raconter le foot


Trophée virtuel spécial Euro


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


325 matchs des Bleus en intégralité