Les Bleus en phases finales : fréquence, adversaires, joueurs et buteurs

Publié le 12 avril 2022 - Bruno Colombari

Autrefois rarissimes et limités aux JO et aux premiers tours de Coupe du monde, les matchs de phase finale se sont banalisés pour l’équipe de France, qui en joue près d’un sur cinq au 21ème siècle.

L’équipe de France a joué 128 matchs de phases finales de Coupe du monde (66), de championnat d’Europe (43), de Coupe des Confédérations (10), de Jeux Olympiques (7) et de Ligue des Nations (2). Son bilan est largement positif, avec 68 victoires, 25 nuls et 35 défaites, 234 buts marqués et 179 buts encaissés. Elle y a croisé 51 sélections adverses.

Les plus fréquentes sont l’Italie (9 fois), le Danemark (8), l’Allemagne (6), le Portugal, l’Uruguay, la Suisse, le Mexique, la Belgique, le Brésil et l’Angleterre (5). Son adversaire préférentiel est la Belgique : alors qu’elle a perdu contre elle 30 de ses 75 confrontations, l’équipe de France a fait un 5 sur 5 en phases finales : victoires en 1938 (3-1), 1986 (4-2) et 2018 (1-0) en Coupe du monde, 1984 (5-0) à l’Euro et 2021 (3-2) en Ligue des Nations.

Elle n’a également jamais perdu contre la Suisse (en 5 matchs) et face à la Croatie, la Hongrie et la Roumanie (3), l’Irlande du Nord, la République tchèque, le Paraguay, le Japon et la Corée du Sud (2) et 20 autres adversaires rencontrés une seule fois. A l’inverse, ses bêtes noires qu’elle n’a jamais battues en phase finale sont la Tchécoslovaquie et les Pays-Bas (rencontrés 3 fois), la Suède (2), l’URSS, l’Equateur, la Grèce, la Pologne, le Sénégal et le Chili (1).

PNG - 38.9 ko

Si on divise l’histoire des Bleus en cinq parties comptant entre 150 et 200 matchs environ, le poids des phases finales est de plus en plus important. Marginale avant guerre (8% du total) et encore jusqu’en 1977 (6% malgré la création du Championnat d’Europe en 1960), la part des matchs de phases finales augmente nettement entre 1978 et 1993 (16%, malgré les loupés de 1980, 1988 et 1990), atteint un plafond entre 1994 et 2006 (26% grâce aux 10 matchs de Coupe des Confédérations, aujourd’hui disparue) avant de baisser dans la période récente (17%, mais probablement 19% après la Coupe du monde à l’automne). Autrement dit, là où ; jusqu’en 1977, les Bleus jouaient un match sur 14 en phase finale, ils en disputent aujourd’hui près d’un sur 5.

Thuram et Henry menacés par Lloris et Griezmann

Chez les joueurs, c’est Lilian Thuram qui en a disputé le plus : pas moins de 36 entre 1996 et 2008, et ce sans participer aux deux Coupes des Confédérations 2001 et 2003, qui auraient pu lui donner dix matchs de plus. Il devance Thierry Henry (33 entre 1998 et 2010) et Hugo Lloris, qui en a joué 31 depuis 2010. S’il est aligné au moins six fois au Qatar à l’automne, il pourrait décrocher un nouveau record. Derrière lui viennent Marcel Desailly (30), Sylvain Wiltord, Fabien Barthez et Bixente Lizarazu (28). Antoine Griezmann (26) et Olivier Giroud (23) pourront eux aussi faire mieux. 295 internationaux français ont participé à au moins un des 128 matchs de phase finale.

Chez les buteurs, le plus prolifique est logiquement Thierry Henry (16) devant Michel Platini (14), Just Fontaine (13), Antoine Griezmann (11) et Zinédine Zidane (10). Mais Karim Benzema est tout près (9), suivi de Kylian Mbappé (6). Il y a 83 buteurs français différents pour 234 buts marqués.

Le poids de Didier Deschamps depuis 30 ans

Appelé en équipe de France pour la première fois en avril 1989, Didier Deschamps a vu passer deux Coupes du monde sous son nez, en 1990 et 1994, avant de remporter la troisième en 1998. En revanche, il n’a manqué aucun Euro lors de sa carrière internationale, participant aux éditions 1992, 1996 et 2000 et gagnant la dernière. Depuis qu’il est sélectionneur, l’équipe de France n’a manqué qu’une phase finale, celle de la Ligue des Nations 2019. Elle a joué (et gagné) celle de 2021, ainsi que les Coupes du monde 2014 et 2018 et les Euros 2016 et 2020.

Depuis 1992 donc, Didier Deschamps a participé, sur le terrain ou en tant que sélectionneur, à 44 matchs de phase finale (19 comme joueur, 25 sur le bord de la touche), dont pas moins de 5 finales. Il n’en a perdu que 4 : contre le Danemark (1992) et aux Pays-Bas (2000) comme joueur, face à l’Allemagne (2014) et au Portugal (2016) comme sélectionneur. Soit 9% de défaites.

A titre de comparaison, sans lui entre 2001 et 2012, les Bleus ont joué 34 matchs de phase finale. Ils en ont perdu 9 (Australie 2001, Sénégal et Danemark 2002, Pays-Bas et Italie 2008, Mexique et Afrique du Sud 2010, Suède et Espagne 2012), soit 26% du total.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.