Sélectionneurs adverses : les Néerlandais, de Cees van Hasselt à Ronald Koeman

Publié le 1er février 2022 - Bruno Colombari

Si Marco van Basten a plié en quatre l’équipe de France de Raymond Domenech en 2008, Didier Deschamps a gagné cinq fois sur six contre Van Gaal, Blind, Advocaat et Koeman. Mais ce dernier a remporté la dernière manche, à Rotterdam en 2008.

L’équipe de France a croisé 17 des 39 sélectionneurs des Pays-Bas depuis la première confrontation en mai 1908. Le tout premier, Cees van Hasselt, l’a emporté 4-1 à Rotterdam, quelques mois avant les JO de Londres. Après la Première Guerre mondiale, les deux sélections se retrouvent deux fois en deux ans, avec l’Anglais Frederick Warburton sur le banc adverse. La punition est encore pire, avec deux raclées (0-5 et 1-8), la première faisant suite à la victoire historique de la France contre l’Angleterre (amateur, certes), la deuxième constituant toujours un record entre les deux nations.

Les quatre France-Pays-Bas des années 1930 se sont joués avec un autre sélectionneur anglais, Bob Glendenning, qui détient toujours le record de matchs dirigés (87 entre 1923 et 1940). Mais avec lui, le bilan est équilibré : deux victoires françaises en 1934 et 1937, alors que Gaston Barreau, sélectionneur, avait fait appel à l’Anglais Georges Kimpton pour la préparation tactique, et deux défaites en 1931 et 1936, la première avec trois buts adverses encaissés en trois minutes en la dernière sur un score de tennis (1–6). Kimpton ou pas, il restait du chemin à faire.

Baffes et contrebaffes après la Libération

Les résultats allaient s’améliorer après guerre. C’est toujours un Anglais qui gère la sélection néerlandaise, Jesse Carver, mais la France s’impose 4-0 en 1947 face à des footballeurs encore amateurs. Deux ans plus tard, il y a un trou d’air contre Karel Kaufman, qui ne fera que passer mais qui aura le temps d’administrer un 4-1 aux coéquipiers de Jean Prouff. En décembre 1950, les Français prennent leur revanche (5-2) contre de faibles Néerlandais dirigés par Jaap van der Leck, qui perdra 21 fois sur 29 durant les cinq années de son mandat.

Les matchs contre les Pays-Bas se raréfient considérablement, puisqu’en trente ans, on n’en compte qu’un seul, en avril 1963. Les Bleus n’ont toujours pas de sélectionneur unique : c’est Georges Verriest qui les convoque, Henri Guérin prenant en charge la préparation des matchs en temps qu’entraîneur. Ils s’inclinent contre le cours du jeu face à la sélection du Roumain Elek Schwartz, ancien entraîneur de Cannes, Monaco, Le Havre, et qui terminera sa carrière après un passage à Strasbourg.

Si l’équipe de France évite consciencieusement les Oranje de Cruyff qui brillent dans les années 1970 avec deux finales mondiales, Michel Hidalgo les croisent quatre fois au début des années 1980, alors que leur déclin est amorcé. Après un 0-0 contre l’équipe dirigée par Jan Zwartkruis en 1980, il remporte la deuxième des deux manches qualificatives pour la Coupe du monde 1982 face à Kees Rijvers (0-1, 2-0) et prive les Pays-Bas du voyage en Espagne. Il l’emportera encore une fois en amical, et à l’extérieur, en novembre 1982, malgré la présence en face des tout jeunes Rijkaard et Gullit.

Jacquet 3, Hiddink, 0

Le retour du grand Rinus Michels (pour la quatrième fois depuis 1974) en 1990 lui fera croiser la route de Michel Platini au printemps 1992. Match nul, mais aucun des deux n’ira plus loin que l’Euro en Suède, éliminés tous deux par le Danemark. Aimé Jacquet prendra le dessus sur Guus Hiddink, qu’il rencontre trois fois entre 1995 et 1997 [1], pour deux victoires (amicales) et un nul (en fait une victoire aux tirs au but) à l’Euro anglais. Roger Lemerre s’inclinera contre Frank Rijkaard à l’Euro 2000 (2-3), mais c’est lui qui sera sacré champion d’Europe quelques jours plus tard. Le deuxième passage en sélection de Dick Advocaat, entre 2002 et 2004, lui fait rencontrer Jacques Santini qui reste sur 13 victoires consécutives avec les Bleus. La série s’arrête là (0-0 en mars 2004) et les deux quittent leur poste à l’Euro portugais.

Deschamps 5, Pays-Bas 1

Si Raymond Domenech garde un souvenir très cuisant de son opposition face à Marco van Basten en juin 2008 à Berne (1-4), Didier Deschamps a plutôt mieux géré les quatre sélectionneurs bataves qu’il a rencontrés six fois depuis 2014. Il les a en effet tous battus, aussi bien Louis van Gaal (2-0 en 2014 avec les débuts de Griezmann), Dany Blind (deux fois en 2016), Dick Avocaat (4-0 en 2017, avec le premier but de Mbappé) et Ronald Koeman en 2018 en Ligue des Nations. Mais si ce dernier s’incline à Saint-Denis (1-2), il prend sa revanche à Rotterdam et fait chuter les champions du monde (2-0), les privant de carré final de la Ligue des Nations et les sortant d’une phase finale pour la première fois depuis 1994. Depuis, Louis van Gaal est revenu. Peut-être cherchera-t-il à prendre bientôt sa revanche de 2014 ?

Ils ont joué contre l’équipe de France

Marco van Basten, une fois en 1992 (contre Didier Deschamps et Laurent Blanc)
Frank Rijkaard, une fois en 1982 (contre Michel Platini)
Kees Rijvers, une fois en 1947

sélectionneur néerlandaisJGNPdébutfinsélectionneurs français
Ronald Koeman 2 1 0 1 2018 2018 Didier Deschamps
Dick Advocaat 1 0 0 1 2017 2017 Didier Deschamps
Dany Blind 2 0 0 2 2016 2016 Didier Deschamps
Louis van Gaal 1 0 0 1 2014 2014 Didier Deschamps
Marco van Basten 1 1 0 0 2008 2008 Raymond Domenech
Dick Advocaat 1 0 1 0 2004 2004 Jacques Santini
Frank Rijkaard 1 1 0 0 2000 2000 Roger Lemerre
Guus Hiddink 3 0 1 2 1995 1997 Aimé Jacquet
Rinus Michels 1 0 1 0 1992 1992 Michel Platini
Kees Rijvers 3 1 0 2 1981 1982 Michel Hidalgo
Jan Zwartkruis 1 0 1 0 1980 1980 Michel Hidalgo
Elek Schwartz (Rou.) 1 1 0 0 1963 1963 comité de sélection
Jaap van der Leck 1 0 0 1 1950 1950 comité de sélection
Karel Kaufman 1 1 0 0 1949 1949 comité de sélection
Jesse Carver (Ang.) 1 0 0 1 1947 1947 comité de sélection
Bob Glendenning (Ang.) 4 2 0 2 1931 1937 comité de sélection
Frederick Warburton (Ang.) 2 2 0 0 1921 1923 comité de sélection
Cees van Hasselt 1 1 0 0 1908 1908 comité de sélection

[1même si c’est Jan Rab qui assurera l’intérim de Hiddink pour un match, en février 1997

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.