Buteurs malgré eux : brève histoire des CSC

Publié le 20 avril 2020 - Bruno Colombari

Ils sont 24 à avoir marqué sous le maillot des Bleus, mais c’était du mauvais côté : de Gamblin à Abidal en passant par Devaquez, Jonquet, Boli ou Blanc, voici le récit des circonstances de ces autogoals qui ont rarement coûté cher.

Le 3 juin 2011 à Minsk, la Biélorussie accueille l’équipe de France en qualification de l’Euro 2012. Les Bleus, qui jouent avec leur marinière blanche, se méfient : ils avaient été battus à l’aller à Saint-Denis (0-1) neuf mois plus tôt. Mais à la 20e minute, un coup franc tiré par Kalachev près de la ligne de touche survole la surface française et retombe sur le pied d’Eric Abidal qui trompe Hugo Lloris, lequel n’était pas sorti. C’est le 25ème but d’un Français contre son camp depuis celui de Lucien Gambin en 1919. Et le dernier à ce jour.

Voir le tableau des buteurs contre leur camp


 

Un but contre son camp n’en vaut pas toujours un autre. Par exemple, en match amical, ça n’a pas le même poids qu’en compétition. Et s’il est anecdotique en cas de victoire, il peut valoir cher lors d’un match nul et a fortiori lors d’une défaite par un but d’écart.

La malchance de Robert Jonquet

Remarquons d’abord la déveine habituelle de Robert Jonquet, le seul international français à avoir marqué deux fois contre son camp (contre l’Irlande en novembre 1952 et la Belgique en novembre 1954), qui a manqué un pénalty (face à la Belgique en décembre 1952) [1] et qui a été sévèrement blessé lors de la demi-finale de la Coupe du monde (contre le Brésil en juin 1958) [2].

JPEG - 94.5 ko

En compétition, curieusement, aucun joueur français n’a marqué contre son camp en phase finale. Si le but de Boli contre la Tchécoslovaquie en septembre 1991 n’a pas empêché les Bleus de l’emporter à l’extérieur, quatre fois un CSC français a coûté un nul, sans conséquence pour la qualification : Roger Marche contre la Grèce en 1958 (1-1), Marcel Artelesa face à la Suisse en 1963 (2-2) et plus récemment Julien Escudé contre la Roumanie en 2009 (1-1) et Eric Abidal en Biélorussie en 2011 (1-1), le dernier en date, il y a neuf ans.

Une seule défaite lourde de conséquences en compétition

Les quatre défaites en compétition avec un but français contre son camp lui sont imputables trois fois : Philippe Mahut à Dublin contre l’Irlande en 1981 (2-3), Dominique Dropsy à Rotterdam face aux Pays-Bas, toujours en 1981 (0-1) — mais les Bleus se sont finalement qualifiés en décembre — et André Lerond en barrages contre la Bulgarie en décembre 1961 (0-1). Celui-là a privé les Bleus d’un billet pour la Coupe du monde 1962 au Chili. Celui de Jacky Novi contre la Hongrie en 1971 (0-2) n’était pas décisif, puisque l’équipe de France aurait perdu quand même.


 

Pour tous les autres, il s’agit de matchs amicaux, dont deux seulement ont été gagnés (Bulgarie 1938 et Russie 1993). Cinq sont des nuls, qui auraient donc été gagnés sans le but contre son camp, dont notamment un 2-2 contre l’Angleterre en 1951. Dix autres sont des défaites, parmi lesquelles deux par un seul but d’écart, qui auraient pu se transformer en nul : c’est le cas du 0-1 contre la Suède en 1960 et du 2-3 contre l’Angleterre en 1925.

Aucun regret pour les huit autres : tous les autres matchs auraient été perdus de toute façon, sachant que dans le lot il y a un 0-6 contre l’Angleterre (en 1927) et surtout l’épouvantable défaite contre la Hongrie (toujours en 1927), avec un contre son camp de Jules Devaquez. Mais celui-ci avait marqué des deux côtés puisqu’il avait sauvé l’honneur juste après (1-13).

Mahut et Firoud, les pressés du CSC

De façon plus anecdotique, Roger Marche a inscrit le CSC le plus tardif, à la 85e minute du match contre la Grèce, qui coûta la victoire à l’équipe de France en décembre 1958 (1-1 à Athènes), mais pas la qualification pour le quart de finale de la première Coupe d’Europe des Nations. C’était la 58e sélection de celui qu’on appelait le sanglier des Ardennes, et qui espérait toujours marquer son premier but en sélection. Mais ce n’est certainement pas à ce genre de but qu’il pensait ! Il finira par y arriver un an plus tard contre l’Espagne, pour sa toute dernière sélection.

Enfin, on notera à l’inverse que six buts contre leur camp ont été inscrit dans les dix premières minutes, ce qui n’est pas la meilleure manière de débuter un match. La palme revient à Philippe Mahut contre l’Irlande (3e), devant Kader Firoud face à l’Angleterre (4e) et Robert Jonquet contre la Belgique (5e).


 

Tableau des buteurs français contre leur camp

datetypeadversairescoreminjoueurs
03/06/2011 qEuro Biélorussie 1-1 20 Eric Abidal
05/09/2009 qCM Roumanie 1-1 55 Julien Escudé
28/07/1993 Am Russie 3-1 23 Laurent Blanc
26/08/1992 Am Brésil 0-2 43 Bruno Martini
04/09/1991 qEuro Tchécoslovaquie 2-1 19 Basile Boli
14/10/1981 qCM Irlande 2-3 3 Philippe Mahut
25/03/1981 qCM Pays-Bas 0-1 47 Dominique Dropsy
09/10/1971 qEuro Hongrie 0-2 43 Jacky Novi
11/11/1963 Am Suisse 2-2 51 Marcel Artelesa
16/12/1961 qCM Bulgarie 0-1 47 André Lerond
30/10/1960 Am Suède 0-1 27 Guillaume Bieganski
03/12/1958 qEuro Grèce 1-1 85 Roger Marche
11/11/1954 Am Belgique 2-2 5 Robert Jonquet
16/11/1952 Am Irlande 1-1 19 Robert Jonquet
03/10/1951 Am Angleterre 2-2 4 Kader Firoud
24/03/1938 Am Bulgarie 6-1 67 Gusti Jordan
19/05/1929 Am Yougoslavie 1-3 39 Marcel Bertrand
12/06/1927 Am Hongrie 1-13 76 Jules Devaquez
26/05/1927 Am Angleterre 0-6 X André Rollet
16/03/1927 Am Portugal 0-4 10 Urbain Wallet
30/05/1926 Am Autriche 1-4 42 Alexandre Villaplane
21/05/1925 Am Angleterre 2-3 46 Philippe Bonnardel
17/05/1924 Am Angleterre 1-3 83 Edouard Baumann
10/05/1923 Am Angleterre 1-4 9 Pierre Mony
09/03/1919 Am Belgique 2-2 75 Lucien Gamblin

Dernier livre paru

Sites partenaires


Trophée virtuel spécial Euro


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


273 matchs des Bleus en intégralité