Ça c’est du nul !

Publié le 15 novembre 2011, mis à jour le 3 mars 2012

Rideau sur une année 2011 globalement décevante avec un match consternant de non-jeu face à la Belgique (0-0). A sept mois de l’Euro, les raisons d’espérer sont bien rares.

Le résultat était-il prévisible ?

Oui, car on ne voyait pas trop comment une équipe insignifiante contre les Etats-Unis allait tout à coup cracher des flammes contre la Belgique. De fait, les Bleus ont produit un des pires matches depuis la coupe du monde, à ranger au rayon des soporifiques. C’est désormais une constante depuis le mois de septembre, les matches de l’équipe de France sont pénibles à voir, pauvres en jeu, décousus techniquement, incohérents tactiquement et dépourvus de rebondissement.

L’équipe est-elle en progrès ?

On aurait plus vite fait d’essayer de retrouver un bon match des Bleus tellement ils ont été rares depuis un an. Hormis les victoires en Bosnie et à Wembley, le reste va de passable à médiocre, et la tendance n’est pas bonne. L’attaque est anémique, la défense tient bon tant qu’elle n’est pas trop sollicitée, mais ne donne pas toutes les garanties face à de bons attaquants (comme contre le Chili et la Bosnie récemment. Alors qu’il avait semblé tenir une équipe-type en début d’année, Laurent Blanc a multiplié les essais sans qu’aucun nouveau titulaire ne s’impose, et surtout sans que les cadres (Lloris, Abidal, M’Vila, Benzema et Ribéry) ne prennent vraiment leurs responsabilités.

Quels joueurs sortent de ce match renforcés ?

Aucun. Le niveau d’ensemble a été tellement bas et les gestes inspirés tellement rares qu’il est impossible de sortir quelqu’un du lot pour en dire quelque chose de positif. A tout le moins, Mamadou Sakho n’a pas fait d’erreur derrière et a pu reprendre un peu confiance en lui, Maxime Gonalons a fait une rentrée correcte et aurait pu marquer un très joli but sur une frappe lointaine, et Franck Ribéry a tenté des choses à gauche grâce à une bonne entente avec Karim Benzema. On peu ajouter le double arrêt réflexe d’Hugo Lloris face à Kevin Mirallas, et la prestation moyenne des latéraux Abidal et Réveillère. Mais c’est vraiment très peu.

Quels joueurs sortent de ce match affaiblis ?

Probablement les deux milieux de terrain Yohan Cabaye et Marvin Martin, qui avaient une belle opportunité de se montrer et qui, c’est peu de le dire, ont beaucoup déçu. Il n’est pas sûr que Laurent Blanc leur donne encore des chances de gagner une place de titulaire d’ici l’Euro, les prochains retours de Nasri et de Gourcuff (voire de Diaby) remettant de la concurrence dans ce secteur de jeu.

En attaque, Benzema a encore déçu, malgré une volonté évidente de combiner à gauche avec Ribéry, beaucoup moins à droite avec Rémy qui aura touché très peu de ballons. Avant sa sortie sur blessure, M’Vila n’avait jamais créé de décalages vers l’avant, contribuant à une sorte de concours de passe en retrait.

Quelles sont les attentes pour le prochain match ?

S’ils ne se retrouvent pas dans le même groupe à l’Euro (avec l’Espagne et la Croatie, pour faire bonne mesure), Français et Allemands se mesureront le 29 février à Brême. D’ici-là, Laurent Blanc aura le temps de réfléchir aux moyens de donner enfin un peu de vie à cette équipe, à condition de croire très fort au Père Noël, de ne pas se focaliser sur le renouvellement de son contrat, ou, rêvons un peu, de regarder ce qui se passe chez les Espoirs. Au vu des prestations de l’équipe de Joachim Löw depuis un an et demi, il faudrait un miracle pour que la série d’invincibilité tricolore ne tombe pas lors du prochain match. Comment dit-on miracle en Allemand ?

A paraître

Dernier livre paru

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


Matches en intégralité