Coupe du Monde 1998

Qui aurait cru que Donna Summer avait créé le premier tube mondialiste ? La France entière chante I will survive après le triomphe inattendu d’une équipe bâtie sur une défense inoxydable et un funambule capable de jouer son destin sur deux coups de tête.

3 juillet 1998 : France-Italie

Publié le 3 juillet 2020 - Bruno Colombari

Encore une fois, l’équipe de France coince dans un match de phase finale à élimination directe. 0-0 à la fin du temps réglementaire, 0-0 au bout des prolongations. Comme en 1986 face au Brésil, ce quart de final mondial va se jouer aux tirs au but.

28 juin 1998 : France-Paraguay

Publié le 28 juin 2020 - Matthieu Delahais

Le Paraguay n’était pas l’adversaire que la France attendait à ce stade de la compétition. Mais sa solidité défensive et le talent de son gardien Chilavert, spécialiste des penalties qu’il arrête aussi bien qu’il les tire, deviennent vite un sujet d’inquiétude pour les supporters français.

24 juin 1998 : France-Danemark

Publié le 24 juin 2020 - Bruno Colombari

Sous le soleil de Gerland, une équipe bis privée de Blanc, Thuram, Lizarazu, Deschamps et Zidane fait mieux que tenir tête au Danemark des frères Laudrup (2-1) : avec Djorkaeff à la baguette, elle enchaîne une troisième victoire de rang et fait le spectacle.

18 juin 1998 : France-Arabie Saoudite

Publié le 18 juin 2020 - Bruno Colombari

Match étrange que celui-là : victoire large, premier (et dernier) but de Trezeguet en Coupe du monde, blessure de Dugarry, expulsion de Zidane, Lizarazu passeur et buteur, boulette du grand Al Deayea... et qualification bouclée dès la deuxième rencontre.

12 juin 1998 : France-Afrique du Sud

Publié le 12 juin 2020 - Bruno Colombari

Quatorze ans après une demi-finale historique contre le Portugal, l’équipe de France retrouve Marseille, le Vélodrome et le Mistral pour débuter sa Coupe du monde. Et cette fois Zidane n’est pas ramasseur de balle.

Chute, rebond, sommet (2/3) : 1993-1998

Publié le 19 mai 2019 - Bruno Colombari

Deuxième partie de la mini-série sur le moteur à trois temps de l’équipe de France : celle consacrée aux 57 mois qui séparent la défaite contre Israël à l’automne 1993 du triomphe du 12 juillet 1998. Avec, entre les deux, une victoire fondatrice à Bucarest contre la Roumanie…