Les Bleus champions d’Europe avant une Coupe du monde

Publié le 15 mars 2022 - Bruno Colombari

Douze internationaux ont gagné une coupe d’Europe lors d’une année de Coupe du monde. De Kopa à Griezmann en passant par Karembeu, Lebœuf ou Benzema, en voici la liste complète, en attendant d’éventuels nouveaux en 2022.

Mise à jour d’un article initialement paru en février 2018.

Combien de Français gagneront une coupe d’Europe en mai prochain ? En Ligue des champions, avant les derniers huitièmes de finale retour, ils sont encore 15 en lice à avoir porté au moins une fois le maillot des Bleus. On dénombre les Madrilènes Karim Benzema, Eduardo Camavinga et Ferland Mendy, le Londonien de Chelsea N’Golo Kanté, le Lillois Hatem Ben Arfa, les joueurs de l’Atlético Madrid Antoine Griezmann et Thomas Lemar, les Mancuniens Paul Pogba et Raphaël Varane, le Turinois Adrien Rabiot et les Munichois Lucas Hernandez, Benjamin Pavard, Dayot Upamecano, Corentin Tolisso et Kingsley Coman.

En Ligue Europa, on en trouve 14 autres encore en course avant les derniers huitièmes de finale retour : le défenseur de Leipzig Nordi Mukiele, le Sévillan du Betis Nabil Fekir et ceux du FC Séville Jules Koundé et Anthony Martial, les Barcelonais Samuel Umtiti, Clément Lenglet et Ousmane Dembélé, l’attaquant de Leverkusen Moussa Diaby, les Monégasques Wissam Ben Yedder, Djibril Sidibé et Aurélien Tchouaméni et les Lyonnais Léo Dubois, Houssem Aouar et Tanguy Ndombele.

Enfin, il en reste aussi 4 en Ligue Europa Conférence : les Marseillais Steve Mandanda, Mattéo Guendouzi et Dimitri Payet et le Romain Jordan Veretout. A Rennes, il n’y a pas d’international A cette saison.

Depuis la création des Coupes d’Europe en 1956, ils sont douze à avoir été titré l’année d’une Coupe du monde. Le Real Madrid est omniprésent (1958, 1998, 2002, 2014 et 2018), ce qui est bon signe pour Mendy, Camavinga et Benzema, d’autant que seul ce dernier a disputé un tournoi mondial (en 2014).

Kopa 1958 : le Real avant la Suède

Le premier est Raymond Kopa en 1958. Alors au Real Madrid, le meneur de jeu français remporte sa deuxième C1 contre l’AC Milan à Bruxelles le 28 mai. Il est placé à l’aile droite d’une attaque composée de Di Stéfano, Gento, Rial et Joselito. Quelques jours plus tard, il prend la direction de la Suède pour rejoindre l’équipe de France avec laquelle il va réaliser une Coupe du monde étincelante, apportant aux Bleus son expérience madrilène du très haut niveau. Il obtiendra le Ballon d’Or en fin d’année.

PNG - 150.1 ko

Muller 1966 : la Coupe des Villes de Foire avec Barcelone

Le deuxième est celui qui était présenté comme son successeur, mais le costume était un peu trop grand pour lui. Quand il remporte la Coupe des Villes de Foire (qui deviendra Coupe de l’UEFA en 1971, puis Ligue Europa en 2009), il joue au FC Barcelone mais n’est plus international depuis deux ans. Il ne participera donc pas à la Coupe du monde en Angleterre, où les Bleus ne feront d’ailleurs que passer (élimination au premier tour).

PNG - 114.2 ko

Karembeu 1998 : le Real puis le 12 juillet

Le troisième ne sera pas Michel Platini, battu en demi-finale avec la Juve en 1986, mais Christian Karembeu. Le Kanak bat la Juventus le 20 mai 1998 à Amsterdam. Il est associé à Clarence Seedorf et Fernando Redondo dans l’axe. A la Coupe du monde, il est aligné lors des trois derniers matchs, même s’il n’en finit aucun et s’il passe à travers sa finale.

PNG - 152.4 ko

Djorkaeff 1998 : avec Ronaldo à l’Inter

Déjà vainqueur de la Coupe des coupes avec le PSG en 1996, Youri Djorkaeff rafle la Coupe UEFA dans son jardin du Parc des Princes deux ans plus tard face à la Lazio de Rome avec l’Inter Milan, où il est meneur de jeu derrière Zamorano et Ronaldo, qu’il retrouvera deux mois plus tard en finale mondiale. Le Snake fera une très bonne Coupe du monde où il participe à tous les matchs, marque un but (contre le Danemark) et délivre trois passes décisives.

PNG - 160.4 ko

Lebœuf 1998 : les Blues de Chelsea avant les Bleus

1998 est une année véritablement prolifique, avec un triplé français en Coupe d’Europe. C’est Frank Lebœuf qui complète le tableau avec Chelsea, où il évolue en défense centrale. Il bat Stuttgart à Stockholm (1-0) et devient champion d’Europe avant de remplacer Laurent Blanc en finale de la Coupe du monde et de maîtriser Ronaldo. Pour l’anecdote, la Coupe des vainqueurs de coupe (C2) disparaîtra un an plus tard.

PNG - 160.9 ko

Makelele et Zidane 2002 : le Real et puis l’échec

En recrutant Zidane en 2001, l’objectif du Real était clair : se maintenir au sommet du football européen. Mais l’arrivée de Claude Makelele en juin 2000 est au moins aussi importante, on s’en rendra compte très vite quand Maké va filer à Chelsea en 2003. En attendant, les deux Français sont titrés ensemble le 15 mai 2002 à Glasgow, avec un but stratosphérique du Ballon d’Or 1998 contre Leverkusen. Il reste alors seize jours avant le match d’ouverture de la Coupe du monde contre le Sénégal, et Zizou se blessera avant, lors d’un match amical de trop contre la Corée du Sud. Makelele et lui ne joueront que le dernier match, contre le Danemark, le 11 juin. Trop tard.

PNG - 140.8 ko
PNG - 141.2 ko

Giuly 2006 : Barcelone et pas le monde

Brillant toute la saison au Barça (où il est en concurrence avec un certain Léo Messi), Ludovic Giuly remporte la Ligue des Champions aux dépens d’Arsenal, au Stade de France le 17 mai. Deux ans plus tôt avec Monaco, il était sorti sur blessure en finale contre le FC Porto. L’issue est cette fois favorable (2-1), mais pas suffisante pour être dans la liste de Raymond Domenech pour l’Allemagne. Dommage, compte tenu de l’apport très modeste de Sidney Govou ou Louis Saha.

PNG - 139.4 ko

Benzema et Varane 2014 : le Real toujours, le Brésil bientôt

En battant l’Atlético de Madrid en finale le 24 mai à Lisbonne, Karim Benzema et Raphaël Varane remportent leur première Ligue des Champions. Ils préparent aussi leur première Coupe du monde au Brésil, où ils seront tous deux titulaires indiscutables, l’un en pointe, l’autre en défense centrale. Zidane est alors entraîneur adjoint de Carlo Ancelotti. Les deux prochains titres (2016 et 2017) seront pour lui.

PNG - 130.9 ko
PNG - 132.1 ko

Gameiro 2014 : Séville et c’est tout

Arrivé dans le club andalou à l’été 2013, Kevin Gameiro, qui a débuté chez les Bleus en septembre 2010, remporte la première des trois Ligues Europa du FC Séville, contre le Benfica Lisbonne le 14 mai à Turin. Il dispute les seize dernières minutes de la prolongation (0-0) et marque le dernier tir au but de son équipe. Mais il n’ira pas au Brésil, Didier Deschamps ne le rappelant en sélection qu’à l’automne 2016.

PNG - 123.5 ko

Benzema, Varane, Griezmann et Gameiro 2018 : un carré d’as, mais deux champions du monde

L’année 2018 est faste pour le football français : Raphaël Varane et Karim Benzema remportent leur quatrième Ligue des Champions avec le Real Madrid (la troisième consécutive). En Ligue Europa, Antoine Griezmann et Kevin Gameiro s’imposent en finale à Lyon contre l’OM. Et les Bleus gagnent la Coupe du monde en Russie en juillet. Mais des quatre champions d’Europe en club, seuls deux sont du voyage. Benzema devra attendre encore trois ans avant de réintégrer les Bleus, et Gameiro, dont la dernière sélection remonte à mars 2017.

PNG - 147.7 ko
PNG - 146.9 ko
PNG - 132.2 ko
PNG - 135.2 ko

Julien Escudé aurait pu figurer dans cette liste, puisqu’il a remporté la Coupe UEFA avec le FC Séville en 2006 contre Middlesbrough. Mais il n’était pas encore international à ce moment-là, sa première sélection ayant lieu quelques mois plus tard, à l’automne.

Les finalistes battus

En 1978, le SEC Bastia atteint à la surprise générale la finale de la coupe UEFA, où il s’incline en aller-retour contre le PSV Eindhoven (0-0, 0-3). Côté Bastiais, Claude Papi ira à la Coupe du monde en Argentine (il jouera le dernier match contre la Hongrie), où Johnny Rep atteindra la finale aux côtés de ses compatriotes du PSV.

En 1998, Deschamps et Zidane perdent leur deuxième finale consécutive en Ligue des Champions, contre Christian Karembeu. ils se consoleront en devenant champions du monde deux mois plus tard.

En 2006, Henry et Pirès s’inclinent lors de la seule finale de Ligue des Champions jouée par Arsenal, contre Barcelone. Pirès est même remplacé au bout de 18 minutes suite à l’expulsion du gardien Jens Lehmann. Si Henry jouera tous les matchs de la Coupe du monde en Allemagne (en marquant trois buts), Pirès ne sera pas du voyage pour cause d’incompatibilité d’humeur avec le sélectionneur.

En 2018, les Marseillais Mandanda, Rami, Payet et Thauvin sont battus en finale de la Ligue Europa par l’Atlético Madrid. Des quatre, seul Payet (sorti blessé) ne sera pas champion du monde.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.