Accueil > Dans les cartons de l’Ina > 5 mai 1998 : et Jacquet donna 28 noms

télécharger l'article au format PDF

5 mai 1998 : et Jacquet donna 28 noms

Publié le 5 mai 2014, mis à jour le 11 décembre 2016

Suspense, mystère et stupéfaction : à Clairefontaine, Aimé Jacquet donne sa liste pour la coupe du monde 1998. Et elle compte 28 noms, soit, comme le dit France 3, six de trop. C’est le drame.

Ce 5 mai à Clairefontaine, la finale de la coupe du monde est encore loin. Et pour tout dire, dans l’assistance, il ne doit pas y avoir grand monde pour croire que les Bleus seront champions soixante-huit jours plus tard à Saint-Denis. Aimé Jacquet donne sa liste, et, surprise, elle compte vingt-huit noms et pas vingt-deux ! Il faudra attendre le 22 mai pour avoir la liste définitive.

Certes, la communication de Jacquet n’est pas brillante. Ses arguments sont mal formulés, il semble hésitant et indécis tout en affirmant le contraire, et la presse lui tombe dessus. Le lendemain, l’Equipe sortira une manchette méprisante : « Et on joue à 13 ? ».

Pourtant, à y regarder de près, aucun des six joueurs finalement écartés ne manquera aux Bleus : Letizi, Djetou, Lamouchi, Ba et Laigle n’avaient rien de supérieur à ceux qui ont été retenus, le seul des six ayant fait une carrière internationale probante (et encore) étant Nicolas Anelka, mais il était vraiment très jeune à l’époque (dix-neuf ans). S’il avait été pris, Henry ou Trezeguet en auraient probablement fait les frais, donc pas de regrets à avoir.

 

A la rigueur peut-on contester rétrospectivement (mais c’est toujours plus simple après coup) au sélectionneur la présence dans la liste finale de de Stéphane Guivarc’h ou de Bernard Diomède, voire de Robert Pires. Mais des trois, seul le premier a été titulaire.

Il faudra attendre le 12 juin, et la victoire inaugurale contre l’Afrique du Sud à Marseille, pour voir les critiques se calmer un peu. Depuis 1998, l’annonce de la liste est devenue un passage obligé pour le sélectionneur, une sorte de rite de passage qui fait tourner les moulins à vent médiatiques.



Voir le profil de Bruno Colombari sur LinkedIn



SPIP Site sous spip 3.0.17 et le plugin zpip | Hébergé par Mutins
Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Sauf mention contraire, le contenu rédactionnel de cette page est sous contrat Creative Commons.

Visiteurs connectés : 3