Tableaux de bord 800 après Pays-Bas-France (2-3)

Publié le 26 mars 2016, mis à jour le 29 mars 2016

Le 800e match de l’histoire, le 14e but de Giroud, les débuts de Kanté, Pogba dans le top 100, Deschamps qui dépasse Platini et le troisième 3-2 à Amsterdam : les tableaux de bord se préparent à l’heure d’été.

Le zoom : 800 matches, l’accélération de l’Histoire

Le graphique suivant montrent à quel point l’histoire s’est accélérée : il a fallu 26 ans et 7 mois à l’équipe de France pour atteindre la première centaine de matches (entre 1904 et 1930), seulement 7 ans et 7 mois pour boucler la huitième (entre 2000 et 2008). La dernière aura été à peine plus longue (7 ans et 9 mois). A ce rythme, le millième match devrait avoir lieu dans le courant de l’année 2031.

PNG - 22.6 ko

Si on regarde la répartition des victoires, nuls et défaites en triant les matches par centaines, la période faste entre 1992 et 2008 (23 défaites en 200 matches, une de moins que sur les cent derniers !) saute aux yeux. Pendant ces 16 ans, qui correspondent à peu près à la période Zidane (1994-2006), les Bleus ne perdent que 12 matches de compétition, et en gagnent 66. Mieux : entre 1992 et 2000, ils ne perdent que quatre fois, autant que dans la seule année 2015...

La centaine qui va de 1981 à 1992 ressemble presque trait pour trait à celle qui vient de se terminer. Il faut dire qu’elle regroupe une période faste (jusqu’en 1986) et une autre beaucoup plus décevante (1986-1992). Le trou noir des années 1960-1975 est dilué sur deux centaines, compensé par les bonnes périodes 1952-1960 et 1976-1980.

Enfin, on remarquera l’étonnante stabilité du nombre de matches nuls, autour de 23 par centaine depuis l’après-guerre.

PNG - 38.9 ko

Curieusement, cinq des neuf matches tombant sur une centaine ont eu lieu l’année d’un Euro, comme Pays-Bas-France.

En novembre 1980 à Hanovre, l’équipe de France de Michel Hidalgo rencontre la RFA, sacrée championne d’Europe cinq mois plus tôt à Rome. Les Bleus n’étaient pas qualifiés, et ils volent en éclats (1-4) sur les coups de boutoir de Briegel, Schuster et Hrubesch.

En mai 1992, la bande à Platini prépare l’Euro suédois à Lausanne contre la Suisse. Ils ouvrent le score par Fabrice Divert, mais sont finalement battus (1-2).

En octobre 2000, les champions d’Europe rejoignent Johannesbourg où ils sont reçus par Nelson Mandela. Le match contre l’Afrique du Sud est anecdotique (0-0).

En mai 2008, la FFF a curieusement choisi la Colombie pour préparer l’Euro. Un but de Ribéry sur pénalty suffit aux Bleus pour l’emporter (1-0) avec plusieurs occasions franches vendangées par Ribéry et Benzema.

Conclusion : dans deux cas, l’équipe de France est éliminée au premier tour de l’Euro ces années-là. Dans le troisième cas, elle n’est même pas qualifiée, et dans le dernier cas, elle gagne le tournoi. Si la série se poursuit, ce sera donc du tout ou rien.

Gagner le premier match de l’année de l’Euro, c’est une bonne idée

Ça ne marche pas à tous les coups, mais on pourrait y voir un signe favorable : en 1984 et en 2000, l’équipe de France a gagné le premier match de l’année. A l’époque de Michel Hidalgo, c’était face à l’Angleterre au Parc (2-0, doublé de Platini), et à celle de Roger Lemerre, c’était contre la Pologne à Saint-Denis (1-0, but de Zidane). Les deux fois, c’était face à une équipe qui n’était pas qualifiée pour l’Euro... comme les Pays-Bas cette année.
Les trois autres victoires initiales ont été moins fructueuses, mais elles ont au moins permis aux Bleus d’atteindre ou de dépasser les quarts de finale : 2-1 à Brême contre l’Allemagne en 2012, 2-0 à Bruxelles face à la Belgique en 2004 et 3-2 au Parc contre le Portugal en 1996.
Les trois défaites ont toujours été annonciatrices d’un tournoi manqué : contre l’Espagne (0-1) en 2008, en Angleterre (0-2) en 1992 et en Belgique (0-1) en 1960.

22, v’la Mandanda

Le gardien marseillais dépasse Dominique Baratelli, Pierre Bernard et Pierre Chayriguès avec 22 sélections et devient le 11e gardien. Il lui a fallu près de 8 ans pour y parvenir.
Pour entrer dans le top 10 il devra rejoindre Darui (25 sélections). A noter que sa moyenne de buts encaissés, 1,14 par match, est la moins bonne depuis Lionel Letizi (1,25, mais en 4 sélections seulement). Hugo Lloris en est à 0,64, Barthez a terminé à 0,55 et Mickaël Landreau à 0,27 !

Voir le tableau des gardiens

3-2 à Amsterdam, la routine

Le 3-2 n’est pas un score si fréquent que ça. Les Bleus l’ont emporté 20 fois et se sont inclinés 14 fois sur cette marque. C’est la deuxième fois qu’ils battent les Pays-Bas 3-2 à Amsterdam (la première remonte au mois d’octobre 1937). Ils ont également battu le Portugal trois fois sur ce score (dont la mémorable demi-finale de l’Euro 84 à Marseille), l’Islande, la Belgique et la Yougoslavie deux fois. Enfin, le 3-2 d’Amsterdam est le septième acquis à l’extérieur (deux sur terrain neutre et onze à domicile). Et les Pays-Bas l’avaient emporté sur ce score dans le même stade à l’Euro 2000.

Voir la matrice des scores

JPEG - 35.6 ko

Kanté 884e Bleu, Giroud dans le top 50

Le milieu relayeur de Leicester a donc fait ses débuts après la pause à Amsterdam. Il est le 23e joueur lancé par Didier Deschamps et le 884e international français. Kanté est aussi le cinquième représentant de la génération 1991 : on lui souhaite de suivre les traces d’Antoine Griezmann plutôt que celles d’Alexandre Lacazette, Clément Grenier ou Eliaquim Mangala. Olivier Giroud a dépassé le trio Kopa-Cantona-Boli (excusez du peu) pour entrer dans le top 50 des joueurs, à hauteur d’Etienne Mattler et de Jean Vincent. Enfin, Paul Pogba fait son entrée dans le top 100 juste après Raphaël Varane (dont le temps de jeu est supérieur.

Joueur Sel Tps
jeu
mn
%
tit
G N P Buts Cap
23 Patrice Evra 70 5798 94% 38 19 13 0 5
49 Olivier Giroud 46 2110 52% 26 7 13 14 0
59 Blaise Matuidi 42 2808 83% 26 6 10 7 5
80 Moussa Sissoko 35 1691 49% 21 6 8 1 0
86 Lassana Diarra 32 2471 81% 18 7 7 0 0
98 Raphaël Varane 28 2414 96% 19 3 6 2 4
100 Paul Pogba 28 2105 82% 19 4 5 5 0
102 Laurent Koscielny 27 2182 89% 13 5 9 0 0
120 Antoine Griezmann 25 1482 68% 17 3 5 7 0
127 André-Pierre Gignac 24 982 42% 12 7 5 6 0
134 Stève Mandanda 22 1926 91% 15 2 5 0 1
198 Dimitri Payet 16 775 56% 9 2 5 1 0
266 Christophe Jallet 11 897 82% 6 2 3 1 0
267 Lucas Digne 11 688 55% 7 3 1 0 0
352 Anthony Martial 7 325 43% 6 0 1 0 0
861 N’Golo Kanté 1 45 0% 1 0 0 0 0
Voir le tableau des joueurs

Sous le signe du 14

L’hommage à Johan Cruyff peut se résumer en un nombre, le 14, celui qu’il a porté dans le dos pendant presque toute sa carrière. A Amsterdam, le 14 a porté chance aux Bleus puisque Olivier Giroud a inscrit son quatorzième but en sélection avant que Blaise Matuidi ne marque son premier but avec le brassard de capitaine alors qu’il portait le numéro 14. Antoine Griezmann a pour sa part transformé son premier coup franc, six mois après celui de Mathieu Valbuena.

Joueur Buts Sel buts/
match
CF Pe 2 3+
23 Olivier Giroud 14 +1 46 0,30 0 0 3 0
47 Antoine Griezmann 7 +1 25 0,28 1 0 1 0
52 Blaise Matuidi 7 +1  42 0,17 0 0 2 0
58 André-Pierre Gignac 6 0 24 0,25 0 1 1 0
72 Paul Pogba 5 0 28 0,18 0 0 0 0
179 Raphaël Varane 2 0 28 0,07 0 0 0 0
277 Christophe Jallet 1 0 11 0,09 0 0 0 0
292 Dimitri Payet 1 0 16 0,06 0 0 0 0
316 Moussa Sissoko 1 0 35 0,03 0 0 0 0
Voir le tableau des buteurs

Deschamps dépasse Platini à l’ancienneté

Ça lui fait sûrement une belle jambe, mais à Amsterdam Didier Deschamps a atteint les 1319 jours dans la peau du sélectionneur des Bleus. Et alors ? C’est 13 de plus que Michel Platini. Et c’est 73 de moins que Roger Lemerre, qu’il dépassera le 7 juin, juste avant l’Euro. Il pourrait faire mieux qu’Aimé Jacquet en janvier 2017, et deviendrait alors le troisième sélectionneur des Bleus à l’ancienneté, derrière Michel Hidalgo (8 ans et 3 mois) et Raymond Domenech (5 ans et 10 mois).

Voir le tableau des sélectionneurs

La feuille de match

PNG - 55.5 ko

A paraître le 25 octobre

Dernier livre paru

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


Matches en intégralité