Tableaux de bord 838 après France-Belgique

Publié le 11 juillet 2018

Un derby complètement à l’Est, une sixième tenue différente en six matchs, la génération 1986 qui dépasse celle de 1955, Lloris qui rejoint Deschamps et Umtiti nouveau buteur en Coupe du monde : les tableaux de bord sont en finale !

C’est la première fois qu’un France-Belgique se joue à l’Est des deux pays

PNG - 5.3 ko

Le 74e derby de l’histoire n’est que le quatrième sur terrain neutre : les trois précédents datent de mai 1998 à Casablanca (Maroc), en amical (1-0), de juin 1986 à Puebla (Mexique), en match de classement de la Coupe du monde (4-2) et en mai 1983 à Luxembourg pour le 75e anniversaire de la fédération luxembourgeoise (1-1). C’est la première fois que les deux équipes se rencontrent à l’Est de la Belgique, au-delà du 6e méridien Est.

PNG - 77.1 ko

A noter que les 70 autres France-Belgique se répartissent équitablement de part et d’autre de la frontière : il y en a eu 35 en Belgique et 35 en France. Côté belge, l’essentiel s’est joué à Bruxelles (30 matchs), Molenbeek (2), Bruges (1), Liège (1) et Rocourt (1) se partageant les restes. Côté français, Colombes arrive en tête (14) devant Paris (11, dont 9 au Parc des Princes, 1 à Buffalo, 1 à Pershing), Saint-Denis (3), Nantes (2), Lille, Saint-Cloud, Gentilly, Saint-Ouen et Montrouge (1).

Voir le tableau des adversaires

Le maillot : six matchs, six tenues différentes

PNG - 7.5 ko
Jamais l’équipe de France n’avait utilisé autant de combinaisons différentes au cours d’une même phase finale. En 1982 en Espagne, elle avait joué deux fois en blanc-bleu-rouge (maillot, short, chaussettes) et cinq fois en bleu-blanc-rouge. En 1986, trois fois avec la première combinaison, quatre fois avec la deuxième.

En 1998, elle avait évolué cinq fois en bleu-blanc-rouge, une fois tout en blanc (Italie) et une fois en bleu-bleu-rouge (Croatie). En 2006, après un premier tour à trois combinaisons différentes (bleu-bleu-rouge, puis blanc-bleu-blanc, puis bleu-blanc-rouge) elle avant joué ses quatre derniers matchs tout en blanc.

En 2018, en raison de préconisations baroques de la FIFA, les Bleus ont joué tout en bleu contre la Belgique. Ce n’est que la deuxième fois qu’ils évoluent ainsi en Coupe du monde, la précédente remontant à France-Mexique en 2010. C’est surtout la sixième combinaison différente en six matchs cette année, du jamais vu, comme le montre Denis Hurley dans son splendide travail ci-dessous.

Illustration Denis Hurley / Museum of Jerseys
Illustration Denis Hurley / Museum of Jerseys
https://museumofjerseys.com

En finale, il n’y en aura pas de septième : l’équipe de France devrait jouer probablement tout en bleu contre l’Angleterre ou la Croatie. Ou en bleu-bleu-rouge comme face au Pérou au premier tour.

L’arbitre : Andres Cunha, deuxième

PNG - 5.5 ko

La FIFA a le sens de l’à-propos : après avoir nommé un Argentin pour France-Uruguay, elle avait désigné un Uruguayen pour France-Belgique. Andres Cunha avait déjà arbitré les Bleus contre l’Australie au premier tour.

C’était la huitième fois qu’un arbitre uruguayen dirigeait la France, avec cinq arbitres différents pour sept victoires et une défaite contre le Chili en 1930. C’était aussi la sixième fois en Coupe du monde (Mexique et Chili en 1930, Togo et Portugal en 2006, Australie et Belgique en 2018).

Voir le tableau des arbitres

Le score : le septième 1-0 en Coupe du monde

C’est désormais la marque la plus fréquente des Bleus dans la compétition, avec sept 1-0 en 33 victoires. C’est le quatrième en match à élimination directe après ceux contre le Paraguay (1998, but en or), le Brésil et le Portugal (2006). L’Autriche avait été battue sur ce score au second tour (1982), alors que le Canada (1986) et le Pérou (2018) l’avaient été au premier.

Voir le tableau des matchs en Coupe du monde

Le 1-0 est aussi le score le plus fréquent sur l’ensemble des matchs depuis 1904, avec 78 occurrences. C’est le huitième depuis que Didier Deschamps est sélectionneur (Finlande 2012, Espagne et Suède 2014, Portugal 2015, Pays-Bas 2016, Bulgarie 2017, Pérou et Belgique 2018). Mais ce n’est que le deuxième dans les France-Belgique : le précédent date de mai 1998 à Casablanca lors du tournoi amical Hassan-II.

Voir la matrice des scores

La génération : Quand 1986 rejoint 1955

PNG - 7.4 ko

Avec 288 sélections cumulées, la génération de Lloris et de Giroud rejoint la cinquième plus prolifique de l’histoire, celle de 1955 (Platini, Bossis, Tigana, Rocheteau, Rouyer, Ettori, Sahnoun, Gemmrich, Hiard et Wagner). Comme elle compte moins de joueurs (huit contre dix), la moyenne de sélection par joueur est supérieure (36 contre 28,8).

JPEG - 93 ko

Beaucoup moins médiatisée que sa voisine de 1987, cette génération-là est celle de joueurs n’ayant pas réussi à s’imposer dans la durée (Cabaye, 48 capes quand même), ou se sont imposés à l’infirmerie (Diaby 16) ou les deux (Gourcuff, 31). Kaboul (5), Ruffier (3) et N’Zogbia (2) n’ont fait que de brèves apparitions en Bleu.

C’est donc à Hugo Lloris (103) et à Olivier Giroud (80) de faire le job pour la génération 1986, qui aura placé un joueur dans le top 10 (Lloris peut même viser à terme la deuxième place de Thierry Henry) et un autre dans le top 5 des buteurs. Après la Coupe du monde, il restera une quinzaine de sélections cumulées pour rattraper la génération 1987, dont le dernier représentant présent dans le groupe est Blaise Matuidi. Faute de Giroud, c’est Lloris qui devra s’en charger. D’ici la fin 2019 ?

Voir le tableau des générations

Le joueur : Lloris rejoint Deschamps (et le dépasse au temps de jeu)

PNG - 7.1 ko
Face à la Belgique, Hugo Lloris a disputé son 103e match international. Il rejoint donc Didier Deschamps et le dépasse au temps de jeu (9249 minutes contre 8362).

Selon ce dernier critère, le gardien français est d’ailleurs le troisième français de l’histoire derrière Lilian Thuram (11 666 minutes) et Marcel Desailly (10 025). Il lui reste neuf matchs à jouer pour atteindre le cap des 10 000 minutes de jeu. Ce devrait être le cas en 2019.

JPEG - 104.2 ko

Au classement des joueurs français en Coupe du monde, Hugo Lloris en est à 13 matchs. S’il joue les 90 minutes de la finale dimanche, il rejoindra Michel Platini (14 matchs) et le dépassera au temps de jeu d’une petite minute !

Le trio Varane-Griezmann-Giroud a rejoint Patrick Battiston avec 11 capes en Coupe du monde, alors que Paul Pogba (10) est désormais à hauteur de Desailly, Trésor, Rocheteau ou Ribéry. Blaise Matuidi (9) compte désormais autant de matchs en phase finale mondiale que Lizarazu et Djorkaeff. Quant à Kylian Mbappé et N’Golo Kanté (6), ils font déjà aussi bien que Fontaine, Jonquet, Mattler, Dugarry ou Stopyra.

Voir le tableau des joueurs en Coupe du monde
Joueur Sel Tps
jeu
mn
%
tit
G N P Buts
6 Hugo Lloris 103 9249 100% 59 24 20 0
19 Olivier Giroud 80 4281 63% 51 12 17 31
24 Blaise Matuidi 71 5025 85% 49 9 13 9
33 Antoine Griezmann 60 4057 78% 42 9 9 23
34 Paul Pogba 59 4496 85% 42 9 8 9
52 Raphaël Varane 48 4126 98% 32 8 8 3
103 N’Golo Kanté 30 2166 80% 23 5 2 1
130 Samuel Umtiti 24 2071 96% 18 3 3 3
154 Kylian Mbappé 21 1389 76% 14 4 3 7
239 Corentin Tolisso 13 783 69% 10 2 1 0
281 Benjamin Pavard 11 725 64% 9 2 0 1
282 Lucas Hernandez 11 717 73% 8 2 1 0
342 Steven Nzonzi 8 270 25% 6 2 0 0
Voir le tableau des joueurs

Le buteur : Samuel Umtiti, 56e en Coupe du monde

Si le défenseur central du FC Barcelone en est déjà à son troisième but en sélection (comme Raphaël Varane, mais en moitié moins de matchs joués), c’est son premier en Coupe du monde. Il est donc le 56e Bleu à avoir marqué dans cette compétition, le cinquième nouveau en 2018 après Antoine Griezmann, Kylian Mbappé, Benjamin Pavard et Raphaël Varane.

JPEG - 79.7 ko

Voir le tableau des buteurs en Coupe du monde

Comme trois des quatre défenseurs titulaires ont trouvé le chemin des filets, normalement ça devrait être au tour de Lucas Hernandez dimanche. Le latéral gauche de l’Atlético Madrid est d’ailleurs le seul joueur de champ parmi les titulaires à n’avoir pas encore marqué en sélection.

Joueur Buts + Sel buts/
match
CF Pe 2 3+
4 Olivier Giroud 31 0 80 0,39 0 0 6 1
11 Antoine Griezmann 23 0 60 0,38 1 5 3 0
40 Paul Pogba 9 0 59 0,15 1 0 0 0
41 Blaise Matuidi 9 0 71 0,13 0 0 2 0
51 Kylian Mbappé 7 0 21 0,33 0 0 2 0
127 Samuel Umtiti 3 +1  24 0,13 0 0 0 0
131 Raphaël Varane 3 0 48 0,06 0 0 0 0
283 Benjamin Pavard 1 0 11 0,09 0 0 0 0
325 N’Golo Kanté 1 0 30 0,03 0 0 0 0
Voir le tableau des buteurs

La feuille de match

PNG - 5.9 ko
Les données à retenir sous forme de tableau. Les feuilles de match récentes sont accessibles également depuis le tableau des matchs, en cliquant sur le numéro du match (première colonne).
 

[838] France 1-0 Belgique

Coupe du monde, demi- finale
10 juillet 2018, 17h - Saint-Petersbourg, stade Krestovski. 64 286 spectateurs.
arbitre : Andres Cunha (Uruguay)
sélectionneur : Didier Deschamps - 82e match, 49 ans
disposition : 4-2-3-1

TACTIQUE

JPEG - 76.6 ko

TENUES
Illustration Denis Hurley / Museum of Jerseys
Illustration Denis Hurley / Museum of Jerseys
https://museumofjerseys.com
BUTS
scoreminbuteurpasseur ou CPA
1-0 51’  Samuel Umtiti Antoine Griezmann 
COMPOSITION
joueur tps
jeu
e/scasnb
sel
âgeclub
 1 Hugo Lloris 90     103 31 Tottenham
2 Benjamin Pavard 90    11 22 Stuttgart
 4  Raphaël Varane 90  48  25  Real Madrid
 5 Samuel Umtiti 90    24 24 FC Barcelone
21 Lucas Hernandez  90    11 22 Atlético Madrid
 13  N’Golo Kanté   90     87e  30  27  Chelsea
 6 Paul Pogba  90      59 25 Manchester Utd
14  Blaise Matuidi  86     70  31  Juventus
12  Corentin Tolisso  4      12   23   Bayern
 10 Kylian Mbappé 90 90e  21 19 Paris SG
 7 Antoine Griezmann  90      59 27 Atlético Madrid
 9  Olivier Giroud   85    80  31   Chelsea
 15  Steven Nzonzi  5      8  29   FC Séville
RÉSERVISTES
joueurnb
sel
âgeclub
 16  Steve Mandanda  28  33  Marseille
 23  Alphonse Aréola  0 25 Paris SG
 19  Djibril Sidibé 18   25   Monaco
 3  Presnel Kimpembe  3  22   Paris SG
 17  Adil Rami   35  32   Marseille
 22  Benjamin Mendy   8  23   Manchester City
 18  Nabil Fekir  16   24   Lyon
 8 Thomas Lemar 13 22  Monaco
 20  Florian Thauvin   5   25   Marseille
11 Ousmane Dembélé   16 21  FC Barcelone

Les noms en italique indiquent les remplaçants, « nb sel » le nombre de sélections à l’issue du match, « e/s » les entrées et sorties. Dans la colonne « cas », = capitaine, = début de carrière, = fin de carrière, =averti, = expulsé. Dans la partie buts, CPA désigne les coups de pied arrêtés (coup franc, pénalty ou corner direct)
RÉSUMÉ

Derniers livres parus

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


Matches en intégralité