En attendant l’Euro : sous le signe du 16

Publié le 1er octobre 2015, mis à jour le 18 octobre 2015

PNG - 21.7 koLe seize sera-t-il le nombre porte-bonheur des Bleus l’an prochain ? En tout cas, il n’y a pas besoin de chercher bien loin pour trouver un peu partout des 16 dans l’histoire de l’équipe de France à l’Euro.

1984, 2000... 2016 ?

Il y a parfois des séries comme celles-là qui doivent bien avoir un sens caché. Par exemple, l’Italie joue une finale de coupe du monde tous les douze ans, et en remporte une sur deux : 1970 perdue, 1982 gagnée, 1994 perdue, 2006 gagnée... L’Allemagne est championne du monde tous les vingt ans, avec une exception en 1990 : 1954, 1974, 1990, 2014.
La France, elle, a remporté un Euro en 1984, puis un autre seize ans plus tard, en 2000. Seize ans après, en fera-t-elle de même ?

16 adversaires différents à l’Euro

Entre 1960 et 2012, l’équipe de France a joué contre 16 adversaires différents lors des phases finales de l’Euro, en y intégrant la demi-finale et la troisième place de 1960 (qui faisaient office de tournoi final à quatre). Contre neuf d’entre eux, la tendance est plutôt favorable. Elle s’équilibre contre quatre autres, et n’est négative que face aux Pays-Bas (un nul et deux défaites), la Suède (un nul et une défaite) et la Grèce (une défaite). Le tirage au sort de début décembre dira si d’autres adversaires se dresseront sur la route des Bleus l’an prochain.

PNG - 53.2 ko

16 victoires à l’Euro

Bon, d’accord, pour arriver à ce résultat, il a fallu un peu tricher, en transformant en victoire le nul de 1996 face aux Pays-Bas en quart de finale de l’Euro anglais. Mais comme les Bleus l’ont emporté aux tirs au but, il n’est pas abusif de le compter comme un match gagné.

Dans ce cas, l’équipe de France a gagné les cinq matches de 1984 (Danemark, Belgique, Yougoslavie, Portugal, Espagne), trois matches de 1996 (Roumanie, Bulgarie, Pays-Bas), cinq matches de 2000 (Danemark, République tchèque, Espagne, Portugal, Italie), deux matches de 2004 (Angleterre et Suisse) et un match de 2012 (Ukraine). Ce qui fait bien 16.

Les numéros 16 à l’Euro

On ne sait pas encore qui portera ce numéro en juin prochain. Actuellement, c’est Stève Mandanda. S’il est sur la liste, c’est lui qui l’aura, sinon c’est Ruffier qui pourrait le porter, comme en 2014. Avant eux, ce sont des gardiens qui l’ont porté depuis 1996 : Barthez à trois reprises, puis Sébastien Frey en 2008 et Stève Mandanda en 2012. Pascal Vahirua (1992) et Dominique Rocheteau (en 1984) complètent la liste. En 1960, le numéro 16 n’avait pas été attribué.

JPEG - 90.2 ko

Ça ne fait pas 16, mais presque...

- L’Euro 2016 est le... 15ème de l’Histoire. Zut.

- Les Bleus ont joué dans 4 villes françaises en phase finale de l’Euro (Paris, Marseille, Nantes et Saint-Etienne) et dans 17 villes étrangères (Stockholm et Malmö en 1992, Newcastle, Leeds, Liverpool et Manchester en 1996, Bruges, Bruxelles, Amsterdam et Rotterdam en 2000, Lisbonne, Leira et Coimbra en 2004, Zurich et Berne en 2008, Donetsk et Kiev en 2012).

- L’équipe de France a été menée au score lors de 15 matches à l’Euro : face à la Yougoslavie et la Tchécoslovaquie en 1960, la Yougoslavie et le Portugal en 1984, la Suède et le Danemark en 1992, les Pays-Bas, le Portugal et l’Italie en 2000, l’Angleterre, la Croatie et la Grèce en 2004, les Pays-Bas et l’Italie en 2008, l’Angleterre, la Suède et l’Espagne en 2012.

- 20 joueurs français ont marqué en phase finale de l’Euro. Les voici, en espérant qu’il y en aura quelques autres en juin prochain.

PNG - 258 ko

A paraître

Dernier livre paru

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


Matches en intégralité