Les hommes de mains : série d’été sur les gardiens des Bleus

Publié le 3 juillet 2019, mis à jour le 13 juillet 2019

Et si on regroupait les articles traitant d’un thème en mettant à jour ceux déjà publiés et en y ajoutant des inédits, histoire d’alimenter le site pendant le mois de juillet ? Chiche. On commence avec les gardiens, puisque vous aimez ça.

Vous ne le savez sans doute pas, sauf si vous êtes observateur et que vous avez regardé en bas de la colonne de droite : l’article le plus lu de Chroniques bleues, et de très loin, est essentiellement composé d’un tableau avec des lignes et des colonnes. C’est celui consacré aux gardiens de but.

Le thème de cette première série d’été du site était donc tout trouvé : rassembler des articles existants, en les mettant à jour, et en créer de nouveaux. Et publier le tout lors de la première quinzaine de juillet.
La série est désormais terminée. Voici la liste des articles inédits :

Fabien Barthez, à jamais le premier

Premier gardien français à compter plus de cinquante sélections, à être champion du monde, à brandir la Ligue des champions et même à se raser le crâne pour en faire un bisoudrome : c’est Fabien Barthez le seul, le vrai, l’unique.

Joël Bats, le contrat de confiance

Michel Hidalgo aura mis sept ans avant de trouver son gardien, mais avec Joël Bats, il a gagné le gros lot. Rassurant et décisif en 1984, l’Auxerrois devenu Parisien sauve l’équipe de France à Guadalajara en 1986. La suite sera bien moins brillante.

Julien Darui, gardien de grande surface

Sa carrière interrompue par la guerre n’a pas été à la mesure de son talent. Désigné meilleur gardien français du siècle en 1999, précurseur du jeu moderne, Julien Darui aura inspiré des générations de portiers avant de finir dans un cirque.

Un brassard et des gants : qui sont les gardiens capitaines ?

En équipe de France, il n’est pas si fréquent que le capitaine soit le gardien de but. Dix d’entre eux ont cumulé les deux fonctions avant Hugo Lloris, qui porte le brassard en sélection depuis 2010.

Passons les gardiens de but sous la toise

Trente centimètres et un siècle séparent Pierre Chayriguès d’Alphonse Areola. Puisqu’il y a eu des gardiens petits et des gardiens grands, sans corrélation avec leur talent, classons-les à la verticale.

Dans quels clubs ont joué les gardiens des Bleus ?

53 clubs différents ont eu au moins un gardien international français dans leur effectif, dont 6 à l’étranger. L’OM et le Paris SG sont en tête des classements au nombre de gardiens et au cumul des sélections.

Quand un gardien en remplace un autre

Blessure, expulsion, rotation de l’effectif ou train à prendre : il y a plein de raisons qui peuvent contraindre un gardien de but à quitter le terrain en cours de match. Même si ce n’est pas arrivé souvent.

Gardiens de but de l’équipe de France : chronologie du poste

Longtemps délaissé, peu valorisé, le poste de portier des Bleus n’a été vraiment déterminant qu’à l’arrivée de Joël Bats en 1983. Depuis, six gardiens comptent plus de 30 sélections alors qu’ils n’étaient que deux lors des huit premières décennies.

JPEG - 105.1 ko

Voici maintenant treize articles déjà en ligne qui, pour la plupart, ont été actualisés très récemment pour tenir compte des stats de Hugo Lloris et des gardiens encore en activité à l’étranger. De quoi lire en complément des articles publiés en juillet 2019 !

Pierre Chayriguès, un précurseur dans les bois

Le plus jeune gardien de l’histoire des Bleus est aussi le premier à être sorti du lot dans les années 1911-1925. Et ce, à une époque où l’équipe de France multipliait les valises...

René Vignal, un hommage en 17 dates

Le 11 avril 2015, René Vignal était l’invité de sa ville natale, Béziers, dont le terrain d’honneur du stade de la Présidente porte désormais son nom. L’occasion pour Alain Dautel, qui était présent, de rendre hommage au gardien des Bleus et à ses 17 sélections entre 1949 et 1954

La place particulière qu’occupent les deux gardiens champions du monde Fabien Barthez et Hugo Lloris est traitée dans deux articles : l’un situe les deux Français parmi les grands Italiens, Allemands, Anglais, Argentins ou Brésiliens, l’autre les compare l’un à l’autre.

Lloris-Barthez, le test comparatif

Maintenant qu’ils sont tous deux champions du monde, on peut essayer de comparer les bilans de Fabien Barthez et de Hugo Lloris en équipe de France. A ceci près que le second peut encore améliorer le sien...

Les gardiens français ne sont plus loin du compte

Que pèsent, en terme de sélections, Barthez et Lloris face aux plus capés des gardiens anglais, allemands, brésiliens, espagnols, italiens, uruguayens, argentins et néerlandais ? Auparavant largués, ils se rapprochent désormais.

JPEG - 53.3 ko

Quant à Lloris lui-même, s’il n’a pas encore son portrait sur ce site, il est régulièrement suivi tout au long de sa carrière. Voici trois articles datés de juin 2018 (entré dans le club des centenaires en sélections), de décembre 2016 (bilan à trente ans) et de décembre 2012 (temps de passage à vingt-six ans). Ces deux derniers articles, qui étaient des repères à un moment précis de la carrière du joueur, n’ont pas été actualisés.

Hugo Lloris, le septième centenaire

Après Deschamps en 2000, Desailly en 2002, Thuram en 2004, Zidane et Vieira en 2006 et Henry en 2008, Hugo Lloris est devenu contre l’Australie le septième Bleu à atteindre les cent sélections. Test comparatif.

Hugo Lloris, la trentaine à moitié pleine

Le capitaine des Bleus fête ses 30 ans quelques mois avant de dépasser Fabien Barthez au classement des gardiens français, au terme d’une année 2016 brillante. Jusqu’où peut-il aller, et pendant combien de temps ?

Hugo Lloris, gardien précoce

Il a eu 26 ans le 26 décembre 2012, et il compte 43 sélections en Bleu. Hugo Lloris va bientôt dépasser Lama et s’attaquer à Bats, en attendant Barthez. Go, Hugo !

Les dix gardiens français les plus capés ont tous eu des débuts différents en sélection. Ils sont racontés à l’occasion de la première cape d’Alphonse Areola contre l’Allemagne à Munich, où pour la première fois, trois gardiens retenus sur un même match cumulaient... une seule sélection. Enfin, l’actuel entraîneur des gardiens en équipe de France, Franck Raviot, m’a expliqué comment il travaillait à l’entraînement et lors de l’échauffement.

Avant Areola, comment ont débuté les dix meilleurs gardiens français ?

Des trombes d’eau japonaises sur la tête (chevelue) de Barthez à la raclée anglaise subie par Thépot en passant par les cinq minutes berlinoises de Martini, retour sur les premiers pas dans la cage des Bleus des gardiens du top 10.

Trois gardiens qui cumulent une sélection, c’est inédit

Alphonse Areola titulaire contre l’Allemagne, Benoît Costil et Benjamin Lecomte sur le banc : le groupe des gardiens sent la peinture fraîche pour la rentrée. Une sélection à eux trois, c’est même du jamais vu dans la période récente.

Franck Raviot : « le gardien de but moderne est aussi un joueur de tête »

Il entraîne les gardiens de l’équipe de France A depuis 2010 après s’être occupé des espoirs et des féminines. Franck Raviot nous parle d’Hugo Lloris, l’échauffement, l’évolution du poste, la formation et l’observation d’avant-match. Deuxième entretien d’une série de trois sur le staff de Didier Deschamps.

Le 15 juillet 2018 à Moscou, quelques minutes avant France-Croatie.
Crédits : Photo Aurélien Durand/FFF

Pour finir, un petit détour par les stats : l’incontournable tableau des gardiens, évidemment, mais avant deux curiosités : la couleur du maillot des gardiens, qui a beaucoup varié dans le temps même si désormais c’est le jaune qui prédomine. Et les spécialistes des clean sheets, c’est-à-dire des matchs sans but encaissé. Il y a des surprises.

Tableau des gardiens de l’équipe de France de football

Soixante-dix-huit gardiens ont joué dans les cages de l’équipe de France. De Hugo Lloris à André Renaux, les voici tous réunis dans un tableau enrichi détaillant leurs performances et leurs séries.

Tout sauf du bleu : l’arc-en-ciel des maillots de gardiens

Du chandail noir de Chayriguès au jaune fluo Dri-Lift de Lloris, les portiers de l’équipe de France ont vu la texture et la couleur de leur maillot évoluer au fil du temps. Même si eux ne jouent presque jamais en bleu...

Les spécialistes des feuilles propres

Le terme « clean sheet » est à la mode. Cette feuille propre signifie qu’une équipe n’a encaissé aucun but dans un match. Quels gardiens en ont totalisé le plus ? A combien de matches s’élèvent les séries sans but ?

JPEG - 86.7 ko

Derniers livres parus

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


273 matchs des Bleus en intégralité