Didier Deschamps, parce qu’il ne lâche toujours rien

Publié le 15 juillet 2023 - Bruno Colombari - 3

103 sélections, 54 fois capitaine, champion de tout, la Dèche n’était pas le meilleur joueur français. Mais pour l’empêcher de gagner, bon courage. Devenu sélectionneur, il n’a pas changé, pour redevenir champion du monde en 2018. Monstrueux.

Mise à jour d’un article initialement paru en octobre 2010.
8 minutes de lecture

JPEG - 366.6 kio

Qu’est-ce qu’une chronobiographie ?

Son apport :

D’un point de vue technique, l’équipe de France a connu de nombreux milieux défensifs aussi bons, voire meilleurs, que Didier Deschamps. Celui-ci se situe dans une moyenne honnête, sans plus, bon récupérateur avec un très gros volume physique, ce qui le rapproche d’un Kanté, d’un Makelele ou, il y a plus longtemps, d’un Bathenay.

C’est au niveau du mental et de l’influence sur le terrain que Deschamps fait la différence. Capitaine pour la première fois à 25 ans en 1994 (il l’était déjà à l’OM l’année précédente lors de la victoire en finale de la C1 à Munich), il a littéralement pris en main l’équipe entre 1996 et 2000, servant de relais au sélectionneur sur le terrain. Ce n’est pas un hasard si c’est le seul capitaine à avoir gagné deux trophées majeurs avec la sélection nationale.

Son influence se mesure aussi au fait que le seul match de phase finale qu’il ait manqué [1] est la demi-finale de l’Euro 1996 contre la République tchèque. Les Bleus la perdront aux tirs au but après n’avoir jamais réussi à inquiéter leur adversaire.

Avec Blanc et Desailly derrière lui, il a formé le triangle défensif axial le plus redoutable de l’histoire des Bleus, encore plus fort que le « carré magique » défensif de 1986 (Bossis-Battiston-Fernandez-Tigana). Ce n’est qu’après un Euro 2000 plutôt moyen sur le plan du jeu qu’on a mesuré son influence sur l’équipe.

Sans lui et sans Laurent Blanc, les Bleus vont vivre un temps sur leurs acquis avant de sombrer en 2002. Et depuis, ni Desailly, ni Zidane, ni Vieira, et encore moins Henry ou Evra ne parviendront à prendre le relais. Longtemps recordman du nombre de matches joués avec le brassard de capitaine (53) avant d’en être dépossédé par Hugo Lloris, Didier Deschamps est le dernier meneur d’hommes des Bleus. A ce jour, on est bien en peine de deviner qui pourra lui succéder.

Ses sélections :

103 sélections sur une amplitude de 120 matches, soit 85,8% de présence, 17 matches manqués en 11 ans : la carrière de Deschamps est l’une des plus denses du football français. Il est le premier à franchir le cap des cent sélections fin juin 2000 contre le Portugal à Bruxelles. Son capitaine Hugo Lloris lui est passé devant au début de la Coupe du monde 2018, après l’avoir surclassé au nombre de capitanats (121 contre 54).

Au classement général des joueurs, lui qui fut le premier centenaire de l’histoire des Bleus (en 2000) a progressivement reculé, dépassé par Desailly, puis Thuram, Zidane, Henry, Vieira et plus récemment par le trio Lloris-Giroud-Griezmann. Mais il est encore présent dans le top 10 et sans doute pour un bon moment encore, car si Pogba (91) peut espérer le rejoindre en 2024, Mbappé (70) aura besoin d’un peu plus de temps, à l’horizon de 2026.

Clas. Joueur Sel Tps jeu G N P Abs.Densité Année Ordre
6 Marcel Desailly 116 10027 78 26 12 20 85% 1993 728
7 Zinédine Zidane 108 8506 73 27 8 50 68% 1994 738
8 Patrick Vieira 107 7656 65 26 16 59 64% 1997 754
9 Didier Deschamps 103 8362 68 23 12 17 86% 1989 703
10 Laurent Blanc 97 8227 62 25 10 25 80% 1989 699
11 Bixente Lizarazu 97 7645 65 23 9 46 68% 1992 720
12 Karim Benzema 97 6355 53 26 18 103 49% 2007 820
Voir le tableau des joueurs

Classement des buteurs :

Avec quatre buts marqués en 103 matches, Didier Deschamps n’occupe que la 106ème place du classement des buteurs, ce qui est logique pour un poste de milieu défensif. On le retrouve en bonne compagnie, précédé par le trio Lebœuf-Michel-Trésor. Il devance trois joueurs plus confidentiels, dont Célestin Oliver et deux internationaux du début du vingtième siècle. Mais il est à la hauteur des champions du monde Samuel Umtiti, Thomas Lemar et Ousmane Dembélé, mieux classés que lui car comptant moins de sélections.

Joueur Buts Sel buts/
match
CF Pe 2 3+
103 Frank Lebœuf 4 50 0,08 0 1 1 0
104 Henri Michel 4 58 0,07 0 0 0 0
105 Marius Trésor 4 65 0,06 0 0 0 0
106 Didier Deschamps 4 103 0,04 0 0 0 0
107 Célestin Oliver 3 5 0,60 0 0 1 0
108 Charles Bardot 3 6 0,50 0 0 1 0
109 Juste Brouzes 3 6 0,50 0 0 1 0
Voir le tableau des buteurs

Son équipe préférentielle :

Blanc-Deschamps, c’est vraiment le duo-clé de l’équipe de France. Ils débutent tous les deux quasiment en même temps (en février 1989 pour Blanc, en avril pour Deschamps), terminent ensemble (en septembre 2000 à la 57ème minute de France-Angleterre), et vont passer sur le pré pas moins de 6366 minutes côte à côte, soit plus de 106 heures réparties sur 82 matches ! L’équipe préférentielle de Deschamps comporte d’ailleurs cinq autres partenaires à plus de 50 matches en commun, auxquels il faut ajouter Barthez et Petit pour compléter le tableau France 98.

A noter toutefois la présence, en pointe, du duo Papin-Cantona, très loin devant les champions du monde Dugarry (23), Trezeguet (15) et Guivarc’h (10). Rappelons que le critère principal n’est pas le nombre de matches joués mais le temps passé en commun. A ce classement-là, Bernard Lama arrive d’ailleurs huitième, juste derrière Barthez.

Ses sélectionneurs :

Appelé en Bleu pour la première fois par Michel Platini à 20 ans et six mois, Didier Deschamps aura connu trois autres sélectionneurs, ce qui n’est pas considérable pour un joueur ayant dépassé les cent sélections. C’est avec Aimé Jacquet qu’il jouera le plus souvent, 40 matches, toujours comme titulaire. Auparavant, il avait joué les douze matches du mandat de Gérard Houllier, mais c’est avec Roger Lemerre qu’il obtiendra les résultats les plus probants, remportant 70% des 27 matches joués, n’en manquant aucun, même pas le Pays-Bas-France de juin 2000 où il entra à la 90ème minute !

Son premier match : 29 avril 1989, France-Yougoslavie

Quand arrive le printemps 1989, les Bleus de Michel Platini sont mal partis. Après un nul contre Chypre et deux défaites en Yougoslavie et en Ecosse, ils doivent absolument vaincre la bande à Safet Susic pour pouvoir espérer encore. Malmenés dans le jeu, inefficaces devant, ils s’en tirent avec un 0-0 logique. Papin est malade et Cantona purge son année de suspension. Deschamps étrenne sa première sélection en entrant à un quart d’heure de la fin à la place de Daniel Xuereb. Saint-Denis et Rotterdam sont à l’époque à des années-lumières du Parc des Princes.


 

Son match référence : 10 février 1999, Angleterre-France

Ce n’est bien sûr pas le match le plus important des 103 joués par Deschamps, mais c’est sans doute un des plus accomplis. Sept mois après le titre mondial, ce déplacement amical à Wembley prend des allures de test, contre une sélection britannique qui s’estimait alors meilleure que les Bleus. Si la première mi-temps est équilibrée, la deuxième période tourne à la démonstration avec un doublé d’Anelka et une mainmise totale des Français sur le jeu. A 2-0, les Anglais ne voient plus le ballon que les Bleus confisquent et font tourner comme le fera la grande équipe d’Espagne aujourd’hui.


 

Son dernier match : 2 septembre 2000, France-Angleterre

C’est le terme officiel de sa carrière, même si en réalité celle-ci s’est achevée un soir de juillet à Rotterdam. On se souvient de la longue discussion entre Roger Lemerre et son capitaine, au milieu de la pelouse, après la remise de la coupe d’Europe des nations. Le second voulait tout arrêter, exaspéré par les critiques dont il avait l’objet depuis près d’un mois. Le premier savait qu’il allait perdre gros avec le départ conjugué de Blanc et de Deschamps. Résultat : un compromis consistant à assurer les deux prochaines rencontres, à Marseille contre une sélection mondiale et à Saint-Denis contre l’Angleterre.

Sept minutes après le début de la deuxième période, le match est interrompu pour saluer la sortie, bouquet de fleurs à la main, des deux futurs sélectionneurs. Quand Manu Petit ouvrira le score, quelques instants plus tard, il se précipitera vers le banc pour les saluer. Peine perdue : la Dèche et le Président ont déjà rejoint le vestiaire. Pour eux, la page des Bleus est tournée.


 

Et après ?

Déjà relais du sélectionneur sur le terrain, capitaine très précoce en club et en sélection, il était inéluctable que Deschamps finisse par diriger une équipe depuis le bord du terrain. Ce qu’il fait avec Monaco, qu’il mène en finale de la Ligue des Champions 2004. Il aide ensuite la Juventus à retrouver la Série A en 2007, offre un titre de champion de France à l’OM en 2010 et succède à Laurent Blanc en équipe de France à l’été 2012.

Ses débuts ne sont pas bons. Hormis un match nul encourageant à Madrid contre l’Espagne en octobre 2012, les Bleus patinent en 2013, perdent cinq fois et arrachent la qualification pour la Coupe du monde en barrages contre l’Ukraine lors d’un match fondateur en novembre.

Dès lors, la progression est constante : un mondial 2014 honorable au Brésil terminé par une défaite frustrante mais logique face à l’Allemagne, un Euro 2016 inégal mais qui permet de renouer le fil avec le public malgré une finale ratée contre le Portugal, et pour finir une Coupe du monde 2018 remportée avec une stratégie défensive controversée mais finalement payante. Didier Deschamps entre ainsi dans l’histoire comme le troisième joueur à avoir gagné une Coupe du monde sur le terrain et comme sélectionneur, après Mario Zagallo en 1970 et Franz Beckenbauer en 1990.

La deuxième partie de son mandat est marquée par un net échec à l’Euro 2020 (élimination face à la Suisse en huitièmes de finale aux tirs au but), un joli succès en Ligue des Nations en octobre 2021 et une finale de Coupe du monde perdue de justesse, là aussi aux tirs au but, contre l’Argentine en décembre 2022. Deux mois plus tard, son contrat est prolongé jusqu’en 2026.

Ses 103 matchs

Dans ce tableau que vous pouvez trier colonne par colonne, la colonne « où » indique si les matches ont lieu à domicile (D), à l’extérieur (E) ou sur terrain neutre (N) ; les adversaires en bleu représentent les victoires, en gris les nuls et en rouge les défaites ; « bm » indique les buts marqués ; « tps » désigne le temps de jeu pour chaque match, l’astérisque avant la durée indiquant une entrée en tant que remplaçant. Enfin, « sel » indique le sélectionneur. « RL » est Roger Lemerre, « AJ » est Aimé Jacquet, « GH » Gérard Houllier et « MP » Michel Platini.

#dategenreadversaireres.bmtpssel
103 02/09/2000 Amical Saint-Denis Angleterre 1-1 0 57 RL
102 16/08/2000 Amical Marseille Sélection FIFA 5-1 0 61 RL
101 02/07/2000 Euro Rotterdam Italie 2-1 0 103 RL
100 28/06/2000 Euro Bruxelles Portugal 2-1 0 117 RL
99 25/06/2000 Euro Bruges Espagne 2-1 0 90 RL
98 21/06/2000 Euro Amsterdam Pays-Bas 2-3 0 1 RL
97 16/06/2000 Euro Bruges Rep. Tchèque 2-1 0 90 RL
96 11/06/2000 Euro Bruges Danemark 3-0 0 90 RL
95 06/06/2000 Amical Casablanca Maroc 5-1 0 23 RL
94 04/06/2000 Amical Casablanca Japon 2-2 0 45 RL
93 28/05/2000 Amical Zagreb Croatie 2-0 0 90 RL
92 26/04/2000 Amical Saint-Denis Slovénie 3-2 0 63 RL
91 29/03/2000 Amical Glasgow Ecosse 2-0 0 60 RL
90 23/02/2000 Amical Saint-Denis Pologne 1-0 0 90 RL
89 13/11/1999 Amical Saint-Denis Croatie 3-0 0 5 RL
88 09/10/1999 qEuro Saint-Denis Islande 3-2 0 90 RL
87 08/09/1999 qEuro Erevan Arménie 3-2 0 90 RL
86 04/09/1999 qEuro Kiev Ukraine 0-0 0 90 RL
85 05/06/1999 qEuro Saint-Denis Russie 2-3 0 90 RL
84 31/03/1999 qEuro Saint-Denis Arménie 2-0 0 90 RL
83 27/03/1999 qEuro Saint-Denis Ukraine 0-0 0 90 RL
82 10/02/1999 Amical Londres Angleterre 2-0 0 89 RL
81 20/01/1999 Amical Marseille Maroc 1-0 0 45 RL
80 14/10/1998 qEuro Saint-Denis Andorre 2-0 0 90 RL
79 10/10/1998 qEuro Moscou Russie 3-2 0 90 RL
78 05/09/1998 qEuro Reykjavik Islande 1-1 0 90 RL
77 19/08/1998 Amical Vienne Autriche 2-2 0 45 RL
76 12/07/1998 CM Saint-Denis Brésil 3-0 0 90 AJ
75 08/07/1998 CM Saint-Denis Croatie 2-1 0 90 AJ
74 03/07/1998 CM Saint-Denis Italie 0-0 0 120 AJ
73 28/06/1998 CM Lens Paraguay 1-0 0 114 AJ
72 18/06/1998 CM Saint-Denis Arabie Saoudite 4-0 0 90 AJ
71 12/06/1998 CM Marseille Afrique du sud 3-0 0 90 AJ
70 05/06/1998 Amical Helsinki Finlande 1-0 0 90 AJ
69 29/05/1998 Amical Casablanca Maroc 2-2 0 45 AJ
68 27/05/1998 Amical Casablanca Belgique 1-0 0 90 AJ
67 22/04/1998 Amical Stockholm Suède 0-0 0 68 AJ
66 25/03/1998 Amical Moscou Russie 0-1 0 45 AJ
65 25/02/1998 Amical Marseille Norvège 3-3 0 90 AJ
64 28/01/1998 Amical Saint-Denis Espagne 1-0 0 62 AJ
63 12/11/1997 Amical Saint-Etienne Ecosse 2-1 0 90 AJ
62 11/10/1997 Amical Lens Afrique du sud 2-1 0 90 AJ
61 11/06/1997 Amical Paris (Parc) Italie 2-2 0 90 AJ
60 07/06/1997 Amical Montpellier Angleterre 0-1 0 90 AJ
59 03/06/1997 Amical Lyon Brésil 1-1 0 90 AJ
58 22/01/1997 Amical Braga Portugal 2-0 1 62 AJ
57 09/11/1996 Amical Copenhague Danemark 0-1 0 90 AJ
56 09/10/1996 Amical Paris (Parc) Turquie 4-0 0 90 AJ
55 31/08/1996 Amical Paris (Parc) Mexique 2-0 0 90 AJ
54 22/06/1996 Euro Liverpool Pays-Bas 0-0 0 120 AJ
53 18/06/1996 Euro Newcastle Bulgarie 3-1 0 90 AJ
52 15/06/1996 Euro Leeds Espagne 1-1 0 90 AJ
51 10/06/1996 Euro Newcastle Roumanie 1-0 0 90 AJ
50 05/06/1996 Amical Villeneuve d’Ascq Arménie 2-0 0 90 AJ
49 01/06/1996 Amical Stuttgart Allemagne 1-0 0 90 AJ
48 27/03/1996 Amical Bruxelles Belgique 2-0 0 90 AJ
47 21/02/1996 Amical Nîmes Grèce 3-1 0 90 AJ
46 24/01/1996 Amical Paris (Parc) Portugal 3-2 0 90 AJ
45 15/11/1995 qEuro Caen Israël 2-0 0 90 AJ
44 11/10/1995 qEuro Bucarest Roumanie 3-1 0 90 AJ
43 06/09/1995 qEuro Auxerre Azerbaïdjan 10-0 0 90 AJ
42 16/08/1995 qEuro Paris (Parc) Pologne 1-1 0 90 AJ
41 26/04/1995 qEuro Nantes Slovaquie 4-0 0 90 AJ
40 07/09/1994 qEuro Bratislava Slovaquie 0-0 0 90 AJ
39 29/05/1994 Amical Tokyo Japon 4-1 0 90 AJ
38 22/03/1994 Amical Lyon Chili 3-1 0 90 AJ
37 16/02/1994 Amical Naples Italie 1-0 0 90 AJ
36 17/11/1993 qCM Paris (Parc) Bulgarie 1-2 0 90 GH
35 13/10/1993 qCM Paris (Parc) Israël 2-3 0 90 GH
34 08/09/1993 qCM Tampere Finlande 2-0 0 88 GH
33 22/08/1993 qCM Stockholm Suède 1-1 0 90 GH
32 28/07/1993 Amical Caen Russie 3-1 0 90 GH
31 28/04/1993 qCM Paris (Parc) Suède 2-1 0 90 GH
30 27/03/1993 qCM Vienne Autriche 1-0 0 90 GH
29 17/02/1993 qCM Tel Aviv Israël 4-0 0 90 GH
28 14/11/1992 qCM Paris (Parc) Finlande 2-1 0 90 GH
27 14/10/1992 qCM Paris (Parc) Autriche 2-0 0 90 GH
26 09/09/1992 qCM Sofia Bulgarie 0-2 0 90 GH
25 26/08/1992 Amical Paris (Parc) Brésil 0-2 0 90 GH
24 17/06/1992 Euro Malmö Danemark 1-2 0 90 MP
23 14/06/1992 Euro Malmö Angleterre 0-0 0 90 MP
22 10/06/1992 Euro Stockholm Suède 1-1 0 90 MP
21 05/06/1992 Amical Lens Pays-Bas 1-1 0 90 MP
20 27/05/1992 Amical Lausanne Suisse 1-2 0 45 MP
19 25/03/1992 Amical Paris (Parc) Belgique 3-3 0 90 MP
18 19/02/1992 Amical Londres Angleterre 0-2 0 90 MP
17 20/11/1991 qEuro Paris (Parc) Islande 3-1 0 90 MP
16 12/10/1991 qEuro Séville Espagne 2-1 0 90 MP
15 04/09/1991 qEuro Bratislava Tchécoslovaquie 2-1 0 90 MP
14 14/08/1991 Amical Poznan Pologne 5-1 0 45 MP
13 30/03/1991 qEuro Paris (Parc) Albanie 5-0 0 17 MP
12 20/02/1991 qEuro Paris (Parc) Espagne 3-1 0 8 MP
11 17/11/1990 qEuro Tirana Albanie 1-0 0 90 MP
10 13/10/1990 qEuro Paris (Parc) Tchécoslovaquie 2-1 0 90 MP
9 05/09/1990 qEuro Reykjavik Islande 2-1 0 90 MP
8 28/02/1990 Amical Montpellier Allemagne 2-1 0 90 MP
7 24/01/1990 Amical Koweït City RDA 3-0 1 90 MP
6 21/01/1990 Amical Koweït City Koweït 1-0 0 45 MP
5 18/11/1989 qCM Toulouse Chypre 2-0 1 90 MP
4 11/10/1989 qCM Paris (Parc) Ecosse 3-0 1 90 MP
3 05/09/1989 qCM Oslo Norvège 1-1 0 90 MP
2 16/08/1989 Amical Malmö Suède 4-2 0 90 MP
1 29/04/1989 qCM Paris (Parc) Yougoslavie 0-0 0 14 MP

pour finir...

Légende des tableaux et des graphiques :
J : matches joués - G : gagnés - N : nuls - P : perdus - B : buts marqués - b/m : moyenne de buts par matches - C : capitaine. Dans les graphiques, le bleu représente les victoires, le gris les matches nuls et le rouge les défaites.

[1hormis le France-Danemark de 1998, mais les Bleus étaient déjà qualifiés pour les huitièmes de finale.

Portfolio

Vos commentaires

  • Le 18 janvier 2021 à 00:00, par Nhi Tran Quang En réponse à : Didier Deschamps, parce qu’il ne lâche toujours rien

    La présence de JPP & de Canto dans l’équipe type de DD malgré leurs absences lors des victoires de l’EDF en coupe du monde 98 et de l’euro 2000 s’explique du fait quand les sélectionneurs étaient Platini & Houillier (entre 89 à 93) c’étaient eux les titulaires qui monopolisaient la plupart du temps de jeu en laissant les miettes aux autres attaquants de l’époque (Ginola, Vahirua, Cocard, Simba, Divert etc...) & quand Jacquet est arrivé c’est 2-là monopolisaient encore la plupart du temps de jeu en 94 mais suite à la blessure de JPP & la suspension de Canto en 95, à ce moment-là jusqu’à la victoire finale lors de la coupe du monde 98, Jacquet a dû faire tourner pour trouver son attaque (qu’il n’a jamais trouvé malgré la victoire finale lors du mondial 98) entre plusieurs joueurs (Ouédec, Loko, Dugarry Guivarc’h voire Madar) tout comme Lemerre qui a dû attendre la confirmation en EDF de Henry voire de Trezeguet ou même Anelka & la révélation de Wiltord pour trouver son attaque en 2000 (notamment lors de la phase finale de l’Euro) après fait tourner plusieurs joueurs (Vairelles, Maurice, Laslandes) en 98 & 99 dans ce secteur.

  • Le 18 août 2023 à 14:42, par SIMON En réponse à : Didier Deschamps, parce qu’il ne lâche toujours rien

    Laurent BLANC est l’actuel entraîneur de l’OL et non de l’OM. Merci pour les articles, désolé pour être peut-être trop pointilleux. Bonne journée.

  • Le 18 août 2023 à 16:19, par Bruno Colombari En réponse à : Didier Deschamps, parce qu’il ne lâche toujours rien

    Vous avez raison, mais ça s’explique : au moment où la première version de l’article a été mise en ligne, Blanc était le sélectionneur en place et Deschamps l’entraîneur de l’OM... J’ai modifié le texte. Merci !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.