Histoires olympiques : France-Yougoslavie 1984, en demi, tout est permis

Publié le 6 mai 2024 - Richard Coudrais

Le 8 août 1984, l’équipe de France olympique obtient sa qualification pour la finale du tournoi des Jeux de Los Angeles après avoir disposé de la Yougoslavie à l’issue d’une demi-finale au scénario fou. Comme pour respecter une tradition française.

4 minutes de lecture

En cet été 1984, le football français est sur un nuage. A peine a-t-il savouré le premier titre de son histoire, le championnat d’Europe conquis en juin par l’équipe de France, qu’il se prend à rêver d’un titre olympique pour son équipe de France B, qualifiée pour les demi-finales du tournoi des Jeux de Los Angeles.

Une affaire de pros

Contrairement aux éditions précédentes où la sélection bleue était composée de joueurs amateurs, l’équipe olympique de 1984 est composée d’authentiques professionnels, les règlements accordant désormais ce statut pour peu que les concernés n’aient pas disputé le moindre bout de match de Coupe du monde, éliminatoires compris.

Ce sont ainsi des têtes connues du championnat de France qui constituent cette équipe depuis deux ans, avec des éliminatoires rondement menées contre l’Espagne et la Belgique et agrémentée d’un exploit en barrage contre la RFA. Cette équipe est dirigée par Henri Michel, appelé à prendre la succession de Michel Hidalgo et qui bénéficie ainsi d’un cas pratique dans le cadre de sa formation au métier de sélectionneur.

Après un premier tour difficile dans un groupe qui semblait à sa portée (Qatar, Norvège et Chili), et une qualification arrachée malgré deux matchs nuls (respectivement 2-2, 2-1 et 1-1), la sélection française se sent pousser des ailes après un quart de finale accompli face à l’Egypte (2-0). Daniel Xuereb est l’auteur des deux buts et reste le buteur attitré de cette équipe.

La Yougoslavie favorite

L’équipe de France dispute la troisième demi-finale olympique de son histoire, les précédentes remontant aux épopées d’avant-guerre (1908 et 1920). La rencontre se joue le 8 août 1984 au Rose Bowl de Pasadena et la sélection de Henri Michel est confrontée à un gros morceau : l’équipe de Yougoslavie est devenue la favorite du tournoi après un quart de finale énorme où elle a terrassé 5-2 la solide RFA [1].

Parmi les onze joueurs yougoslaves qui sont opposés aux Français, neuf faisaient partie du groupe présent à l’Euro 1984, et cinq d’entre eux avait joué contre la France le 19 juin à Saint-Etienne au premier tour : les défenseurs Branko Miljuš et Ljubomir Radanović, les milieux de terrain Srečko Katanec et Mehmed Baždarević et l’attaquant Stjepan Deverić. Un nombre qui sera porté à six quand le jeune Dragan Stojković entrera en jeu dans le dernier quart d’heure du temps réglementaire.

L’équipe de France se présente sans José Touré, dont le tournoi s’est arrêté à la suite d’une blessure lors du match contre l’Egypte. Elle n’en reste pas moins conquérante et réalise un début de match quasi-parfait en menant 2-0 à l’issue du premier quart d’heure. Le premier but est inscrit par Dominique Bijotat qui s’ouvre le chemin du but après une longue course partie du milieu de terrain. Le deuxième est l’œuvre de Philippe Jeannol d’une frappe puissante sur un coup franc lointain.

Scénario fou

Mais il est écrit qu’une demi-finale avec une équipe de France ne peut pas être un match comme les autres. Sur le modèle du France-RFA de Séville et du France-Portugal de Marseille, la demi-finale de Pasadena s’offre à son tour un scénario fou. Le match est rude. L’arbitre mexicain Antonio Márquez Ramírez distribue beaucoup de cartons jaunes, notamment aux Yougoslaves. Jean-Christophe Thouvenel, victime d’une faute de Baljic, doit sortir après vingt minutes de jeu. Juste avant la pause, Didier Sénac ne se relève pas d’un choc tête contre tête avec Cvetkovic et doit être conduit à l’hôpital (il sera rapatrié en urgence). Pour les deux hommes, le tournoi olympique s’arrête là.

L’équipe de France entame la seconde période avec une défense complètement remaniée. Michel Bibard et Jean-Louis Zanon ont pris les places des infortunés aux côtés de Philippe Jeannol et William Ayache. Du côté yougoslave, les nerfs semblent à vif. L’attaquant Jovica Nikolić envoie un coup de poing dans la figure de Jean-Philippe Rohr et reçoit un carton rouge.

L’équipe de France, en supériorité numérique dès la 49e minute, va pourtant se faire rejoindre au score par ses adversaires. Borislav Cvetković (qui avait marqué trois buts contre la RFA) réduit l’écart à la 63e minute en reprenant habilement un centre au cœur de la défense française. Dix minutes plus tard, Stjepan Deverić parvient à égaliser de la tête à la suite d’une action confuse.

Bien que revenus au score, les Yougoslaves se montrent fébriles et leur buteur Cvetković se fait à son tour exclure pour un coup de pied porté à… Jean-Philippe Rohr. A onze contre neuf, les Français ne parviennent pourtant pas à faire la différence et il faut disputer la prolongation.

Vers la médaille d’or

Les Yougoslaves tentent alors de gagner du temps afin d’obtenir leur salut aux tirs au but. Mais après cinq minutes, Guy Lacombe trouve l’ouverture en reprenant un ballon mal repoussé par la défense adverse. A 3-2, les Yougoslaves s’emparent alors du ballon et cherchent à égaliser, devant une équipe de France qui mise sur la contre-attaque.

Tomislav Ivković, le gardien yougoslave, se transforme peu à peu en libéro afin de faire jouer son équipe le plus haut possible. Mais rien n’est marqué. Arrive alors la toute dernière minute, avec une action qui symbolisera ce match complètement fou. Ivković est à trente mètres de ses buts, il pousse trop loin son ballon et se fait contrer par Dominique Bijotat. La balle parvient à Daniel Xuereb qui de l’aile droite frappe en direction du but. Le ballon roule jusque dans la cage malgré le retour désespéré d’un défenseur yougoslave.

4-2 après prolongation au terme d’un match fou. La France est qualifiée pour la finale et déjà assurée d’une médaille. Le football français rêve déjà de décrocher la première médaille d’or d’un sport collectif aux Jeux…

Rose Bowl de Pasadena, le 8 août 1984,
Demi finale du tournoi des Jeux olympiques de Los Angeles,
France olympique bat Yougoslavie olympique 4-2 (après prolongations)
But : Bijotat (6’), Jeannol (15’), Lacombe (95’), Xuereb (120’) pour la France, Cvetkovic (63’) et Deveric (73’).
France : Rust - Thouvenel (23’ Bibard), Sénac (46’ Zanon), Jeannol, Ayache - Lemoult, Bijotat, Rohr, Lacombe - Xuereb, Brisson.
Yougoslavie : Ivković - Miljuš, Elsner (46’ Kiela, 78’ Stojkovic), Radanović, Baljić - Gracan, Katanec, Baždarević - Cvetković (exclu 77’), Deverić, Nikolic (exclu 49’).
Arbitre : Antonio R.Marquez (Mexique)
97.451 spectateurs
PNG - 9.6 kio

Voir le match complet sur Footballia

Les joueurs

Malgré un titre olympique et de nombreuses promesses affichées, peu de champions olympiques feront carrière en équipe de France A. Seuls William Ayache (20 sélections) et José Touré (16 sélections) parviendront à briguer une place de titulaire chez les Bleus. La plupart des autres joueurs ne feront que passer, à l’image de Daniel Xuereb ou Dominique Bijotat, qui ne connaitront que huit sélections. Quatre d’entre eux feront partie du groupe français à la Coupe du monde 1986 : William Ayache, Daniel Xuereb, Michel Bibard et Albert Rust. Ce dernier, troisième gardien lors de l’Euro 1984, est le seul champion d’Europe et champion olympique de l’histoire du football français. Il connaîtra sa première et unique sélection lors de la Coupe du monde mexicaine lors du match pour la troisième place contre la Belgique.

NumNomSel.ATps jeuGNPAnnées
2 William Ayache 20 1731 7 8 5 1983-1988
14 José Touré 16 1222 7 6 3 1983-1989
4 Dominique Bijotat 8 577 3 2 3 1982-1988
15 Daniel Xuereb 8 484 2 3 3 1981-1989
3 Michel Bibard 6 570 5 0 1 1984-1986
13 Jean-Christophe Thouvenel 4 360 1 1 2 1983-1987
12 Didier Sénac 3 270 2 1 0 1984-1987
10 Jean-Claude Lemoult 2 180 0 2 0 1983-1983
5 François Brisson 2 94 2 0 0 1982-1984
1 Albert Rust 1 120 1 0 0 1986-1986
7 Patrice Garande 1 83 0 1 0 1988-1988
8 Philippe Jeannol 1 90 0 0 1 1986-1986
11 Jean-Philippe Rohr 1 16 0 1 0 1987-1987
16 Jean-Louis Zanon 1 90 0 1 0 1983-1983
6 Patrick Cubaynes 0 0 0 0 0 -
9 Guy Lacombe 0 0 0 0 0 -
17 Michel Bensoussan 0 0 0 0 0 -

[1La RFA avait en effet été éliminée par la France, mais elle a bénéficié du boycott des équipes du bloc de l’Est pour participer au tournoi, tout comme la Norvège et l’Italie.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dossier spécial Jeux olympiques