Ce que l’équipe de France doit à la Juventus

Publié le 20 juillet 2022 - Richard Coudrais

La Juventus est le club le plus titré d’Italie et l’un des plus prestigieux du monde. De nombreux internationaux français ont contribué à renforcer sa légende. Et pas des moindres.

Turin est à une centaine de kilomètres de la frontière qui sépare la France de l’Italie. Mais cette proximité n’explique pas à elle seule la présence quasi continue de joueurs français au sein de la Juventus. L’explication aura plutôt pour nom Michel Platini qui enchanta le Stadio Communale dans les années 1980.

Ils sont nombreux ensuite les internationaux français qui ont porté le célèbre maillot bianconeri. Quand la Juventus remporte la C1, la C2, la Super-Coupe d’Europe, la Coupe intercontinentale, et même la Coupe Intertoto, c’est toujours avec un Français dans ses rangs. Mais curieusement, elle n’a jamais eu besoin de Tricolores pour remporter ses trois C3.

Yvon Douis, en éclaireur

Le premier international français à porter le maillot de la Juventus fut Yvon Douis. Mais cela ne dura que le temps d’un match amical. Le 26 juin 1963, le Monégasque, considéré alors comme le meilleur joueur français, est invité à disputer avec la Juve un match de gala contre le Santos de Pelé. Les Bianconeri l’emportent 5-3. Le Français n’a pas marqué mais a contribué au triplé de son partenaire d’un jour Omar Sivori.

Nestor Combin, le pionnier

Après s’être révélé à l’Olympique Lyonnais où il a joué cinq ans, l’attaquant franco-argentin rejoint la Juventus en 1964 alors qu’il vient de connaître ses deux premières sélections en équipe de France à l’occasion du quart de finale de la Coupe d’Europe des nations contre la Hongrie. Il ne reste qu’une saison à Turin, le temps de remporter la Coppa Italia et d’honorer sa troisième sélection au Luxembourg pour un match qualificatif à la Coupe du monde. Le natif de Santa Fé jouera ensuite à Varèse, au Torino et à l’AC Milan avant de revenir en France.

Michel Platini, l’époque dorée

Michel Platini rejoint la Juventus à l’issue de la Coupe du monde 1982. Et bien que six récents champions du monde font partie des cadres de l’équipe, le Français en devient rapidement le patron. C’est une époque bénie pour la Vecchia Signora qui atteint les sommets européens (trois finales consécutives dont deux victorieuses). C’est également la meilleure période du Français, qui décroche trois Ballon d’Or et trois titres de meilleur buteur de Serie A. Il est appelé à 32 reprises chez les Bleus durant sa période turinoise, remporte l’Euro 1984 à lui tout seul et atteint une nouvelle demi-finale mondiale.

Didier Deschamps, joueur et coach

L’OM ayant remporté la Coupe d’Europe 1993 avant de sombrer l’année suivante, ses joueurs suscitent la convoitise les clubs italiens : Marcel Desailly (Milan), Jocelyn Angloma (Torino), Franck Sauzée (Atalanta) mais aussi Didier Deschamps qui rejoint la Juventus. Un choix on ne peut plus opportun pour l’ancien Nantais qui opte pour un club décidé à retrouver les sommets. Le Français remporte le Scudetto dès sa première saison puis enchaîne sur une nouvelle Coupe des clubs champions avant de disputer deux autres finales. DD dispute 46 matchs en Bleu durant sa période turinoise, devient le capitaine tricolore et grimpe sur le toit du monde en juillet 1998. Après cinq saisons passées chez la Vieccha Signora (180 matchs), le capitaine des Bleus deviendra le premier entraîneur français de la Juve, lors de la saison 2006-2007 que le club de Turin passe en deuxième division suite au Calciopoli [1].

Zinédine Zidane, le divertissant

Zinédine Zidane est le premier international français à rejoindre la Juve après l’arrêt Bosman. Gianni Agnelli, le sceptique président du club, raconte que Platini lui avait assuré que Zidane allait le divertir. Au sein de l’équipe de Marcelo Lippi, championne d’Europe en titre, le meneur de jeu français se constitue un palmarès : deux titres de champion d’Italie, une poignée de super-coupes, mais dans le même temps, deux défaites consécutives en finale de C1 (1997 face à Dortmund et 1998 contre... le Real). Zizou est régulièrement appelé par Aimé Jacquet puis par Roger Lemerre, devenant le joueur emblématique des Bleus champions du monde 1998 et champions d’Europe 2000. Le Ballon d’Or 1998 alimente ensuite David Trezeguet arrivé en 2000 mais il quitte Turin en 2001 pour le Real Madrid. Gianni Agnelli dira finalement du joueur qu’il fut « plus divertissant qu’utile ».

Thierry Henry, six mois de galère

Thierry Henry rejoint la Juventus en janvier 1999 après un délicat début de saison d’après Coupe du monde. Souvent blessé, le jeune Français avait manifesté son souhait de quitter l’AS Monaco et avait même signé un contrat avec le Real Madrid, qui sera annulé pour de nombreuses irrégularités. Alors que le joueur est sollicité par Arsenal, le club de la Principauté le cède finalement à la Juve au mercato d’hiver pour quelque 11,5 millions d’euros, une somme énorme à l’époque. Le Français disputera une vingtaine de matchs auprès de Zidane et Deschamps, et ne marquera que trois buts. Il quitte Turin après six mois de galère et s’en va rejoindre Arsenal.

David Trezeguet, buteur en or

Quelques semaines après avoir assommé d’un but en or l’équipe d’Italie en finale de l’Euro 2000, David Trezeguet rejoint la Juventus à l’âge de 23 ans, après cinq ans passés à Monaco. Le Franco-argentin reste dix ans à la Juve, devenant l’international français qui a joué le plus de rencontres de Serie A (320) sous le maillot bianconero, et qui a marqué le plus de buts (171). Curieusement, il ne décrochera que deux scudetti (2002 et 2003, les titres de 2005 et 2006 ayant été annulés à la suite du Calciopoli). Il manque la Ligue des Champions en 2003, après avoir perdu la finale contre l’AC Milan aux tirs au but, le Français ayant d’ailleurs échoué dans sa tentative. Durant cette décennie turinoise, Trezeguet est appelé à 50 reprises par les sélectionneurs qui se sont succédé durant cette période, disputant au passage la finale de la Coupe du monde 2006, où il manque son tir au but et provoque la défaite des Français… face à l’Italie et son coéquipier en club Gianluigi Buffon.

Lilian Thuram, premier défenseur

Après cinq saisons à Parme, Lilian Thuram rejoint la Juventus en 2001 et y reste cinq ans. Champion d’Italie en 2002 et 2003, il est de la finale de Ligue des Champions perdue en 2003 face à l’AC Milan. Le champion du monde 1998 dispute 204 rencontres avec la Vecchia Signora. Dans le même temps, il est sélectionné à 54 reprises chez les Bleus, disputant les Coupes du monde 2002 et 2006 ainsi que l’Euro 2004. Il quitte la Juventus en 2006 quand celle-ci est reléguée en Série B suite à l’affaire du Calciopoli.

Olivier Kapo, moteur arrêté

Après cinq ans passés à l’AJ Auxerre, Olivier Kapo, qui compte neuf sélections en équipe de France, rejoint la Juventus durant l’été 2004. Après une première saison décevante, le Français est prêté à Monaco puis à Levante, avant d’être cédé à Birmingham City. Depuis son arrivée à Turin, il n’a jamais été rappelé en équipe de France.

Jonathan Zebina, bleu éphémère

Jonathan Zebina n’a connu qu’une seule sélection en équipe de France, et ce fut durant la période où il jouait à la Juventus. Formé à Cannes, Zebina évolue à Cagliari puis à Rome avant de rejoindre la Juve où il disputera 117 rencontres. Son seul titre sera le championnat de Serie B remporté en 2007 alors que le club a été rétrogradé suite au Calciopoli.

Patrick Vieira, coeur de Gunner

Patrick Vieira rejoint la Juventus en 2005 après neuf années passées à Arsenal. Il n’y restera qu’une seule saison (38 matchs et 5 buts), celle où le club se retrouve mêlé à une affaire de matchs arrangés et est administrativement relégué en Serie B. L’ancien Gunner reste un titulaire chez les Bleus, disputant quinze rencontres, dont celles de la Coupe du monde 2006. A l’issue de la saison, il rejoint l’Inter Milan.

Jean-Alain Boumsong, acteur de série B

A l’issue de la Coupe du monde 2006 où, bien que sélectionné, il n’a joué aucune rencontre, Jean-Alain Boumsong rejoint la Juventus quand celle-ci se retrouve reléguée en Serie B. Sous les ordres de Didier Deschamps, l’ancien Auxerrois participe à la remontée directe du club. Dans le même temps, Raymond Domenech fait appel à lui pour deux rencontres. La deuxième saison, malgré une nouvelle sélection, s’avère plus compliquée. Didier Deschamps est parti et son successeur Claudio Ranieri ne compte pas trop sur le Français, d’autant que celui-ci se blesse. Il sera finalement cédé à l’Olympique Lyonnais durant le mercato d’hiver. Cela lui permettra de retrouver l’équipe de France et de disputer l’Euro 2008.

Nicolas Anelka, le revenant

En janvier 2013, la Juventus annonce la signature de Nicolas Anelka, 34 ans, dont on avait quasiment perdu la trace depuis son départ de Chelsea en 2012 (il avait rejoint Shanghai et le championnat de Chine). L’exclu de Knysna ne dispute que trois rencontres avec la Juve, ce qui lui permet quand même d’ajouter un titre de champion d’Italie sur son palmarès. Puis il s’envole dès la fin de saison sans demander son reste.

Patrice Évra, dans le game

Patrice Évra rejoint la Juventus en 2014 après huit saisons passées à Manchester United. Le club piémontais lui permet de glaner deux Scudetti et deux Coppa Italia, en plus de disputer une nouvelle finale de Ligue des champions, qu’il perd contre Barcelone (il a perdu quatre des cinq finales de C1 qu’il a disputées). Durant cette période, il est appelé à 19 reprises chez les Bleus, participant notamment à l’Euro 2016. Après 82 rencontres en noir et blanc, il rejoindra l’OM en janvier 2017.

Kingsley Coman, jeune homme pressé

Révélé au Paris Saint-Germain et dans les équipes de jeunes de la FFF, Kingsley Coman échappe au club parisien et signe son premier contrat pro à la Juventus durant l’été 2014. Le jeune Français dispute 22 rencontres, remporte le championnat et la Coupe d’Italie et entre en toute fin de match de la finale de Ligue des Champions perdue contre Barcelone. Durant l’été 2015, le Français est prêté au Bayern Munich, qui ne le rendra pas. C’est alors qu’il jouera pour le club allemand qu’il connaîtra sa première sélection A en novembre 2015... face à l’Allemagne.

Blaise Matuidi, à son aise

Blaise Matuidi débarque à la Juve lors de l’été 2017, après six saisons passées au Paris Saint-Germain. A trente ans, le Français s’impose chez la Vecchia Signora où il reste trois ans, remportant trois titres de champion d’Italie. Il dispute en tout 133 rencontres. Il est appelé à 26 reprises chez les Bleus et participe au sacre mondial de 2018 à Moscou.

Adrien Rabiot, jamais content

Quand Adrien Rabiot rejoint la Juventus en juillet 2019, il met fin à six mois de brouille avec son club formateur, le Paris Saint-Germain, qui l’avait mis à pied jusqu’à la fin de son contrat. Quelques mois plus tôt, le jeune milieu de terrain avait fait savoir au sélectionneur qu’il ne souhaitait pas, pour la Coupe du monde 2018, faire partie des réservistes. Le jeune Français de 24 ans a donc démontré un certain caractère qui semble lui fermer de nombreuses portes. Mais ses bonnes performances aidant, Adrien Rabiot est rappelé en équipe de France en septembre 2020, deux ans et demi après s’être auto-exclu. Il participe à l’Euro 2021 puis remporte la Ligue des nations tout en se construisant un palmarès au sein du club italien.

Paul Pogba, le retour de l’être aimé

Paul Pogba rejoint la Juve alors qu’il n’est âgé que de 19 ans. Formé à Manchester United, il n’a guère joué plus sept rencontres en Premier League quand il se retrouve chez la Vecchia Signora. De 2012 à 2016, le Français remporte quatre titres de champion d’Italie, mais perd la finale de Ligue des Champions 2015. C’est durant cette période qu’il découvre l’équipe de France A, contre la Géorgie en mars 2013 (suivi d’un match contre l’Espagne où il est expulsé). En 2016, Pogba choisit de retourner dans son club formateur, Manchester United, où il joue pendant six ans. Mais au cours de l’été 2022, il signe… à la Juventus.

Les dix-sept internationaux français de la Juve

Nom du joueurPériode JuvePériode bleueSélections(*)
Nestor Combin 1964-1965 1964-1968 1/8
Michel Platini 1982-1987 1976-1987 32/72
Didier Deschamps 1994-1999 1989-2000 46/103
Zinédine Zidane 1996-2001 1994-2006 49/108
Thierry Henry 1999-1999 1997-2010 0/123
David Trezeguet 2000-2010 1998-2008 50/71
Lilian Thuram 2001-2006 1994-2008 54/142
Jonathan Zebina 2004-2010 2005-2005 1/1
Olivier Kapo 2004-2005 2002-2004 0/9
Patrick Vieira 2005-2006 1997-2009 15/107
Jean-Alain Boumsong 2006-2008 2003-2009 3/27
Nicolas Anelka 2013 1998-2010 0/69
Patrice Évra 2014-2017 2004-2016 19/81
Kingsley Coman 2014-2015 2015- 0/40 *
Blaise Matuidi 2017-2020 2010-2019 26/84
Adrien Rabiot 2019-... 2016-... 23/29 *
Paul Pogba 2013-2016 / 2022-... 2013-... 38/91 *

En 2006, à l’occasion de trois rencontres, dont le France-Togo de la Coupe du monde à Cologne, l’équipe de France a compté trois titulaires provenant de la Juve : Lilian Thuram, Patrick Vieira et David Trezeguet.

Quelques français de la Juve qui n’ont jamais joué en Bleu

Jocelyn Blanchard a joué une saison à la Juventus aux côtés de Deschamps et Zidane. A la suite d’une belle saison 1997-98 avec le FC Metz, le Nordiste est recruté par la Juve. Il ne joue qu’une vingtaine de matchs (dont trois en Ligue des champions) et préfère quitter le club en fin de saison, pour rejoindre le RC Lens.

Vincent Péricard était annoncé comme un footballeur prometteur. Formé à Saint-Etienne, il défraie la chronique en l’an 2000 en rejoignant la Juventus à l’âge de 17 ans alors qu’il n’a joué que deux matchs en pro. A Turin, il n’en jouera pas plus. Devenu indésirable, il poursuivra sa carrière en Angleterre sans tenir les promesses entrevues en lui.

Depuis, de nombreux jeunes Français ont depuis tenté leur chance chez la Vecchia Signora, sans réussite, tels le défenseur Armand Traoré (12 matchs en 2010-2011) ou, pire, sans n’avoir obtenu le moindre temps de jeu tels le gardien Landry Bonnefoi (2001-2006), le défenseur Abdoulay Konko (2002-2004), le défenseur Prince-Désir Gouano (2011-2013) et Yoan Severin (2014-2017).

pour finir...

Sources : Les sites selectiona.free.fr, RSSSF, Wikipédia, FFF...

[1Le Calciopoli est une affaire de matchs arrangés qui a éclaté au printemps 2006. La Juve a été rétrogradée en Serie B et ses titres de 2005 et 2006 ont été retirés.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.