Hugo Lloris, gardien précoce

Publié le 26 décembre 2012, mis à jour le 26 décembre 2016

Il a eu 26 ans le 26 décembre, et il compte 43 sélections en Bleu. Hugo Lloris va bientôt dépasser Lama et s’attaquer à Bats, en attendant Barthez. Go, Hugo !

Hugo Lloris compte désormais 43 sélections alors qu’il n’a que 26 ans. C’est de loin le plus précoce gardien français de l’histoire, puisqu’il entrera dans quelques semaines dans le top 3 à la place de Bernard Lama, et qu’il dépassera Joël Bats à l’automne prochain si tout va bien.

JPEG - 47.3 ko
Avec Joël Bats à Lyon le jour de son départ à Tottenham en septembre dernier.

Après un transfert compliqué à Tottenham, où il a mis quelques semaines à s’imposer (prouvant ainsi la difficulté pour les gardiens français à faire carrière à l’étranger), Lloris semble avoir convaincu son entraîneur, André Villas-Boas.

Gardien Sel G N P Be Be/M
1 Fabien Barthez 87 61 19 7 48 0,55
2 Joël Bats 50 25 14 11 37 0,74
3 Bernard Lama 44 26 15 3 31 0,70
4 Hugo Lloris 43 20 15 8 27 0,63
5 Georges Carnus 36 14 6 16 54 1,50
6 Grégory Coupet 34 20 8 6 19 0,56
7 Bruno Martini 31 18 8 5 28 0,90
8 Alex Thépot 31 8 3 20 76 2,45
Tableau complet des gardiens

A la moyenne de buts encaissés, Lloris fait un peu mieux que Bats et Lama mais moins bien que Coupet et Barthez. Les cinq buts (en quatre matches) encaissés à l’Euro pèsent lourd, de même que les quatre buts concédés lors des quatre derniers matches (Biélorussie, Japon, Espagne et Italie).

D’ailleurs, si on regarde le nombre de matches sans buts encaissés, Lloris en compte 21, contre 24 pour Lama, 28 pour Bats... et 51 pour Barthez.

La grosse différence entre Lloris et ses trois aînés, elle tient surtout dans le palmarès : Joël Bats a été champion d’Europe en 1984 lors de sa douzième sélection. Fabien Barthez a été champion du monde en 1998 après 20 sélections, tandis que Bernard Lama (champion du monde en 1998 sans jouer) a été sacré champion d’Europe en 2000 après 43 matches joués.

JPEG - 48.9 ko
Un style très différent de celui de Fabien Barthez, mais aussi efficace.

L’âge du gardien à la quarante-troisième sélection

Fabien Barthez, qui a pourtant débuté jeune en Bleu (23 ans en 1994) avait déjà 30 ans et un mois lors de sa 43e sélection en août 2001 contre le Danemark. Joël Bats avait 31 ans et dix mois en novembre 1988 face à la Yougoslavie à Belgrade, où il avait encaissé trois buts pour la seule et unique fois de sa carrière internationale, le jour des débuts de Platini sélectionneur. Enfin, Bernard Lama avait 37 ans et deux mois lors de son avant-dernière sélection à Amsterdam face aux Pays-Bas, où lui aussi avait encaissé trois buts.

A moins de 26 ans lors de la 43e sélection, Hugo Lloris est donc largement en avance sur ses prédécesseurs. On peut facilement imaginer que sauf gros pépin physique ou baisse brutale de niveau, Hugo Lloris dépassera les cent sélections à l’horizon 2018, où il n’aura que 31 ans.

PNG - 64.4 ko

Le plus précoce aussi en coupe du monde

Quand il a fait ses débuts en coupe du monde en juin 2010, Lloris avait 23 ans et 5 mois. Quel âge avaient les 13 autres gardiens français lors de leurs débuts en coupe du monde ?

Là, le résultat est plus serré, même si Lloris arrive encore en tête. Lors de la coupe du monde 1930, Alex Thépot avait 23 ans et 11 mois. Ce sont les seuls gardiens français à avoir découvert le tournoi mondial avant leur vingt-cinquième anniversaire. Alex Thépot a pour sa part également participé à l’édition 1934.

Pour autant, neuf gardiens ont commencé en coupe du monde avant trente ans : Jean Castaneda et Jean-Luc Ettori en 1982, François Remetter en 1958, Marcel Aubour en 1966, Jean-Paul Bertrand-Demanes et Dominique Dropsy en 1978, Fabien Barthez en 1998, Laurent Di Lorto en 1938 et Joël Bats en 1986. A noter qu’hormis Barhez, qui rejouera en 2002 et en 2006, et François Remetter, qui a débuté la coupe du monde 1958, tous les autres n’ont connu qu’une seule phase finale.

JPEG - 88.5 ko

Les trois gardiens les plus tardifs (trente ans et plus) sont Dominique Baratelli (1978), Claude Abbès (1958) et Albert Rust (1986). Le premier sera à nouveau retenu en 1982, mais il ne jouera pas. On constatera au passage que les remplaçants sont généralement plus âgés que les titulaires : c’est le cas d’Abbès par rapport à Remetter, de Baratelli et Dropsy par rapport à Bertrand-Demanes ou de Rust par rapport à Bats. Actuellement, Carrasso et Mandanda sont plus âgés que Lloris.

Pour finir, une petite rétrospective en vidéo des débuts mondiaux de Jean-Paul Bertrand-Demanes contre l’Italie à Mar del Plata et de Jean-Luc Ettori contre l’Angleterre à Bilbao. Le moins qu’on puisse dire est que ce ne sont pas de bons souvenirs : le gardien du FC Nantes se prend un but comme au billard contre l’Italie et regarde un peu passer les trains sur le le deuxième.

Quant à Ettori, le malheureux n’a pas encore touché le ballon que Robson l’a déjà allumé au bout de... vingt-sept secondes. Le reste du match n’est pas mieux, avec des ballons aériens qui le mettent au supplice. C’est d’ailleurs de la tête que Robson redonnera l’avantage aux Anglais après l’heure de jeu, Mariner bénéficiant d’une belle toile de Trésor pour marquer de près le dernier but.
 

 

A paraître

Dernier livre paru

Sites partenaires


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


Matches en intégralité