Accueil > Un nom sur un maillot > Les carrés magiques (2) : Thuram, Blanc, Desailly, Lizarazu

télécharger l'article au format PDF

Les carrés magiques (2) : Thuram, Blanc, Desailly, Lizarazu

Publié le 24 avril 2011, mis à jour le 14 mars 2015

C’est la plus belle ligne défensive de l’histoire. Entre 1996 et 2000, ces quatre-là ont débuté 28 matches ensemble. Ils n’en ont perdu aucun. Et comme derrière eux il y avait Barthez... Découvrez le mur de l’Atlantique.

Prenez un carré, aplatissez-le, vous obtenez une ligne. Maintenant, placez cette ligne à une trentaine de mètres de la ligne de but sur laquelle vous placez le meilleur gardien français de l’histoire. Dans cette ligne, choisissez un Guadeloupéen à droite, un Basque à gauche, un fils du Ghana et un Cévenol au centre. Et maintenant, souhaitez bonne chance à ceux qui vont devoir franchir l’obstacle pour marquer un but.

Les chiffres sont clairs : Le quatuor Thuram-Blanc-Desailly-Lizarazu a été aligné au coup d’envoi vingt-huit fois entre le 19 juin 1996 à Newcastle et le 6 septembre 2000 à Saint-Denis. 28 matches, 21 victoires, 7 nuls et aucune défaite. Et seulement treize buts encaissés... Tellement rares qu’on va citer les auteurs de ces buts historiques :
- Hristo Stoïchkov (Bulgarie) en 1996
- Dennis Bergkamp (Pays-Bas) en 1997
- Davor Suker (Croatie) en 1998
- Igor Yanovsky et Aleksander Mostovoi (Russie) en 1998
- Karapet Mikaelyan et Armen Shakhgeldyan (Arménie) en 1999
- Eyjolfur Sverrisson et Brynjar Gunnarsson (Islande) en 1999
- Hiraoki Morishima (Japon) en 2000
- Gaizka Mendieta sur pénalty (Espagne) en 2000
- Nuno Gomes (Portugal) en 2000
- Marco Delvecchio (Italie) en 2000

JPEG - 29.9 ko
Marco Delvecchio, le dernier joueur à avoir marqué contre la défense invincible.

Il y a eu certes deux autres buts concédés, mais ils l’ont été après la sortie de Desailly (remplacé par Lebœuf, but de Nishizawa pour le Japon en mai 2000) et de Laurent Blanc (remplacé par Lebœuf, but d’Owen pour l’Angleterre en septembre 2000).

Bien entendu, il serait abusif d’affirmer que sans eux, les Bleus étaient soudainement vulnérables. Ce serait faire injure au talent de Barthez et au travail des récupérateurs (Karembeu, Deschamps, Petit, Vieira) qui allégeaient d’autant la tâche des défenseurs. D’ailleurs, durant cette période de 57 matches, l’équipe de France n’en a perdu que cinq (Danemark en 1996, Angleterre en 1997, Russie en 1998 et en 1999, Pays-Bas en 2000). Il n’empêche... A chaque fois, un ou plusieurs membres du carré magique étaient absents.

A contrario, on doit toutefois relever que l’absence de Laurent Blanc le 12 juillet 1998 (suspendu et remplacé par Franck Lebœuf) n’a pas eu de conséquences. Mieux, même, lors de la finale suivante, celle de Rotterdam le 3 juillet 2000, c’est avec leur ligne défensive invincible que les Bleus ont encaissé le but de Marco Delvecchio à la 55e minute. Et c’est la décision de Roger Lemerre de sortir Bixente Lizarazu au profit de Robert Pires à quatre minutes de la fin du match qui permettra à l’équipe de France, après l’égalisation de Wiltord dans le temps additionnel, de prendre un avantage définitif.

JPEG - 72.3 ko
France-Italie 2000
Le dernier match en compétition de la défense invincible. Zidane, Blanc, Vieira, Deasailly, Dugarry, Thuram ; Henry, Djorkaeff, Deschamps,Barthez et Lizarazu.

Aimé Jacquet avait vu juste dès le mois d’août 1994 contre la République tchèque à Bordeaux, là où débuta Zidane : Thuram honore sa première sélection en défense centrale à trois aux côtés de Ngotty et de Blanc, tandis que Marcel Desailly joue en milieu récupérateur. Mais le Milanais se blesse avant la demi-heure et il sera revenu sur le banc quand Lizarazu entre après la pause.

Mai 1996 : les Bleus préparent l’Euro à Clairefontaine. Dans quelques jours, Aimé Jacquet trouvera la formule gagnante en défense.

Il faudra attendre près de deux ans pour que le quatuor se mette en place. Au printemps 1996, Jacquet tâtonne : contre l’Allemagne, il aligne Di Méco, Blanc, Desailly et Thuram. A la 66ème minute, Lizarazu remplace Di Méco. C’est la première fois que la défense idéale joue ensemble. Le match suivant, contre l’Arménie, Blanc, Desailly et Lizarazu débutent avec Angloma, lequel est remplacé à la mi-temps par Thuram.

Contre la Roumanie, en ouverture de l’Euro, Eric Di Méco commence à gauche, Thuram est à droite, Blanc et Desailly dans l’axe. Lizarazu remplace le Marseillais à la 68ème. On ne verra plus Di Méco chez les Bleus. Pourtant, contre l’Espagne, Angloma joue à la place de Thuram, qui n’entrera qu’en fin de match à la place du milieu de terrain Vincent Guérin. C’est lors de la troisième rencontre de l’Euro, contre la Bulgarie, que pour la première fois la défense Thuram, Blanc, Desailly et Lizarazu est constituée au coup d’envoi.

Après l’arrêt de Laurent Blanc en septembre 2000, il faudra encore huit ans pour que le dernier membre du carré magique ne raccroche : Lizarazu et Desailly l’ont fait après l’Euro 2004 et Thuram au terme de celui de 2008.

Août 2002 : Marcel Desailly est confirmé capitaine des Bleus par Jacques Santini, nouveau sélectionneur.

Enfin, le carré totalise la bagatelle de 452 sélections : Thuram est l’actuel (et pour longtemps) recordman avec ses 142 matches joués, Desailly est troisième avec 116 capes, Blanc et Lizarazu sont neuvième et dixième avec 97 sélections. Autant dire qu’une telle défense, vous n’êtes pas prêts de la revoir.

1 Message



Voir le profil de Bruno Colombari sur LinkedIn



SPIP Site sous spip 3.0.17 et le plugin zpip | Hébergé par Mutins
Contact | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Sauf mention contraire, le contenu rédactionnel de cette page est sous contrat Creative Commons.

Visiteurs connectés : 9