Ligue des Champions : les Bleus qui l’ont gagnée

Publié le 23 août 2020, mis à jour le 25 août 2020 - Bruno Colombari & Richard Coudrais

Quatre nouveaux internationaux français ont remporté la Ligue des Champions, sous les couleurs du Bayern : Coman, Tolisso, Pavard et Hernandez. Pour Mbappé, Kimpembe et Kurzawa, il faudra attendre. Voici la liste des 38 Bleus titrés depuis 1956.

JPEG - 88.3 ko

Quatre titrés avec un club étranger, une première historique

Après une année blanche et sèche en 2019, où Hugo Lloris et Moussa Sissoko ont été battus avec Tottenham par Liverpool, cette curieuse édition 2020 de la Ligue des Champions était déjà une réussite pour le football français, quel que soit le vainqueur. Le Bayern ayant gagné sa sixième Coupe d’Europe des Champions, Kingsley Coman, Corentin Tolisso, Benjamin Pavard et Lucas Hernandez rejoignent leurs 30 prédécesseurs. C’est la première fois que quatre Français sont titrés avec un club étranger. Il y en a avait eu 11 en 1993 avec l’OM (en comptant les remplaçants, et Amoros qui n’était pas sur la feuille de match). Kylian Mbappé, Presnel Kimpembe et Layvin Kurzawa ont quant à eux ont échoué en finale.

Le quadruplé record de Varane et Benzema

Après Abidal en 2011, Malouda en 2012, Ribéry en 2013 et Mathieu en 2015, Raphaël Varane et Karim Benzema ont complété en 2014, 2016, 2017 et 2018 la liste des joueurs de l’équipe de France vainqueurs de la C1. Varane était même le plus jeune de tous à avoir gagné une finale sur le terrain : avec vingt et un ans et vingt-neuf jours en mai 2014 (soyons précis), il devance Anelka qui avait vingt et un ans et soixante et onze jours en mai 2000. Mais ces deux-là sont eux-mêmes devancés par Yoann Gourcuff qui avait vingt ans et 317 jours en mai 2007 lorsque l’AC Milan a battu Liverpool. Il n’était pas encore international à cette date.

Depuis le début du 21e siècle, il n’y a eu que 6 finales sur 19 sans international français vainqueur : en 2019, 2015, 2010, 2004 et 2003.

Coman huitième buteur en finale

Kingsley Coman a été en 2020 le huitième Bleu à marquer en finale de la C1. Avant lui, il y avait eu Benzema en 2018, Zidane en 2002 (avec le Real déjà), Desailly en 1994 (AC Milan), Boli en 1993 (OM), Platini en 1985 (Juventus) et les deux Rémois Michel Leblond et Michel Hidalgo en 1956. Pour être complet, il faut ajouter un autre joueur de Reims, Jean Templin, qui n’a jamais été international.

JPEG - 87.7 ko

Les 38 vainqueurs

Voici la liste complète des Bleus vainqueurs de la Ligue des Champions ou de la Coupe d’Europe des champions (en gras les joueurs qui ont participé à la finale) :

2020 : Coman, Tolisso, Pavard et Hernandez (Bayern Munich)
2018 : Benzema et Varane (Real Madrid)
2017 : Benzema et Varane (Real Madrid)
2016 : Benzema et Varane (Real Madrid)
2015 : Mathieu (Barcelone)
2014 : Benzema et Varane (Real Madrid)
2013 : Ribéry (Bayern Munich)
2012 : Malouda (Chelsea)
2011 : Abidal (Barcelone)
2009 : Henry et Abidal (Barcelone)
2008 : Evra, Silvestre et Saha (Manchester United)
2007 : Gourcuff (AC Milan)
2006 : Giuly (Barcelone)
2005 : Cissé et Sinama-Pongolle (Liverpool)
2002 : Zidane et Makelele (Real Madrid)
2001 : Lizarazu et Sagnol (Bayern Munich)
2000 : Anelka et Karembeu (Real Madrid)
1998 : Karembeu (Real Madrid)
1996 : Deschamps (Juventus)
1994 : Desailly et Papin (AC Milan)
1993 : Barthez, Angloma, Desailly, Boli, Sauzée, Durand, Deschamps, Di Meco, Ferreri, Amoros et Casoni (OM)
1985 : Platini (Juventus)
1959 : Kopa (Real Madrid)
1958 : Kopa (Real Madrid)
1957 : Kopa (Real Madrid)

Cette liste ne prend en compte que les joueurs qui détiennent au moins une sélection en équipe de France A, obtenue avant ou après la C1 victorieuse. C’est pourquoi par exemple, Eydelie et Thomas, deux joueurs français de l’OM de 1993, n’y figurent pas.

L’UEFA précise que pour être considéré comme champion d’Europe des Clubs, il faut avoir participé à au moins une rencontre du parcours victorieux. C’est pourquoi notamment Ibrahim Ba, sous contrat avec l’AC Milan en 2007 mais jamais présent sur la pelouse, ne figure pas dans cette liste.

Patrick Vieira quant à lui a bien participé à deux rencontres du premier tour de la C1 2009-2010 avec l’Inter Milan, mais il a quitté le club lombard durant l’hiver pour Manchester City. Il est donc absurde de lui attribuer le titre d’un club alors qu’il joue déjà pour un autre depuis cinq mois.

Le Real et le Bayern aiment les Français

JPEG - 66.4 ko

On remarquera la prédominance du Real Madrid et du Bayern Munich dans cette liste, avec pas moins de sept vainqueurs, devant Barcelone (quatre), l’AC Milan et Manchester United (trois), Liverpool et la Juventus (deux). Karim Benzema est le seul Français à avoir remporté quatre finales, devant Raymond Kopa (trois entre 1957 et 1959) et Raphaël Varane (2014, 2017 et 2018, il était forfait pour la finale 2016). Abidal, Karembeu, Deschamps et Desailly en ont pour leur part gagné deux.

Onze Bleus ont fait le doublé C1/Coupe du monde

Trois des quatre Français du Bayern (Tolisso, Pavard et Hernandez) ont remporté la Coupe du monde en 2018. Avant eux, huit autres Bleus ont réussi ce doublé majeur : Barthez, Deschamps et Desailly en 1993 et 1998, Karembeu en 1998 (pour les deux trophées), Lizarazu en 1998 et 2001, Zidane en 1998 et 2002, Henry en 1998 et 2009 et enfin Varane en 2014 et 2018. Le plus jeune à avoir remporté les deux est Benjamin Pavard qui avait 24 ans et 148 jours à Lisbonne. Kingsley Coman est le plus jeune des quatre Bleus titrés en 2020 (24 ans et 71 jours) mais beaucoup moins que les plus jeunes de l’histoire (voir plus haut).

Regardons maintenant qui a gagné une coupe des clubs champions européens (puisque c’est son nom, la Ligue des Champions désignant le tournoi) une année de Coupe du monde. C’est le cas de huit d’entre eux. Avant Varane et Benzema, qui l’ont donc fait deux fois en 2014 et 2018, Marcel Desailly avait été titré en 1994 avec le Milan AC, mais les Bleus n’étaient pas qualifiés pour la coupe du monde aux Etats-Unis. Et en 2006, Ludovic Giuly avait gagné la C1 avec Barcelone, puis était parti en vacances pendant que les Bleus de Raymond Domenech préparaient le Mondial allemand.

Les quatre précédents vainqueurs en année mondiale

JPEG - 86.3 ko

Il en reste donc quatre. En 2002, Zidane et Makelele jouent la finale européenne avec le Real (encore) contre le Bayer Leverkusen à Glasgow. Ils l’emportent (2-1) puis rejoignent les Bleus en Corée du Sud. La suite est moins glorieuse : Zidane se blesse en amical contre le pays organisateur et ne dispute que l’ultime match contre le Danemark (0-2), tout comme Makelele qui remplace Emmanuel Petit à la récupération.

Quatre ans plus tôt, Christian Karembeu est à Amsterdam avec le Real toujours, face à la Juventus de Deschamps et Zidane. Il l’emporte (1-0) et participe à la coupe du monde en France, où il dispute les quatre matches décisifs après le premier tour. Il est le premier international français à avoir réussi un doublé C1-Coupe du monde la même année. Il sera imité par Raphaël Varane vingt ans plus tard.

Enfin, en 1958, Raymond Kopa rafle sa deuxième coupe d’Europe consécutive avec le Real (décidément !) à Bruxelles contre le Milan AC. Puis il rejoint l’équipe de France en Suède, et alors qu’il n’a plus joué en Bleu depuis plus de deux ans, il réalise une coupe du monde fracassante : six matches disputés, trois buts marqués et dix passes décisives ! Il est nommé meilleur joueur du tournoi et sacré Ballon d’Or en décembre.

Une soixantaine de perdants en finale

Il est plus facile de perdre une finale de Ligue des Champions (ou de Coupe d’Europe des champions) que de la gagner. 59 Bleus ont échoué tout près du but dont 20 contre le Real, à commencer par les Rémois Zimny, Jonquet, Glovacki, Bliard, Hidalgo et Kopa (en 1956), rejoints trois ans plus tard par Colonna Rodzik, Penverne, Piantoni, Fontaine et Vincent. De quoi faire une équipe de France complète, surtout en y ajoutant l’entraîneur Albert Batteux, le seul coach français à avoir perdu deux finales de C1.

JPEG - 103.1 ko

En 1976, l’AS Saint-Etienne aligne pas moins de neuf internationaux sur douze joueurs : Janvion, Lopez, Repellini, Bathenay, Larqué, Hervé Revelli, Patrick Revelli, Sarramagna et Rocheteau. Ce n’est pas suffisant pour battre le Bayern Munich.

En 1983, Michel Platini affronte le SV Hambourg avec la Juventus, mais tombe de très haut en s’inclinant pour sa première finale européenne. Huit ans plus tard, l’armada marseillaise composée d’Amoros, Di Méco, Boli, Germain, Casoni, Papin, Fournier et Vercruysse est battue aux tirs au but par l’Etoile Rouge de Belgrade à Bari.

JPEG - 76.6 ko

Les années 90 ajouteront à la liste Jean-Pierre Papin (en 1993 avec l’AC Milan), Marcel Desailly (en 1995 avec l’AC Milan) et le duo turinois Didier Deschamps/Zinédine Zidane, battus deux fois d’affilée en 1997 et 1998. Ce n’est rien à côté des années 2000 qui feront pleurer Angloma (Valence, 2000 et 2001), Thuram et Trezeguet (Juventus, 2003), les Monégasques Givet, Evra, Giuly, Rothen et Squillaci (2004), les Gunners Pirès, Henry et Flamini (2006), les Bleus de Chelsea Makelele, Anelka et Malouda (2008) ou encore Evra, cette fois avec Manchester United (2009 et 2011).

JPEG - 86.7 ko

Franck Ribéry connaît la frustration suprême de perdre une finale européenne à domicile avec le Bayern (en 2012), alors que les Turinois Evra, Pogba et Coman (en 2015) et les Colchoneros de l’Atlético Madrid Hernandez et Griezmann (en 2016) tomberont contre le Real. Enfin, Sissoko et Lloris ont perdu contre Liverpool (en 2019), alors que Mbappé, Kimpembe et Kurzawa ont été battus en 2020.

A paraître le 12 novembre 2020


Sites partenaires


Une autre manière de raconter le foot


Trophée virtuel spécial Euro


Stats sur l'équipe de France


Base de données mondiale


325 matchs des Bleus en intégralité